Nathalie Akoun Une histoire de clés – Une Médée moderne

Vignette Les femmes et le théatre« Une femme se retrouve seule à élever ses enfants, car son mari s’est enfui du cocon familial. Perdue, dépassée par les événements de sa propre vie, elle dérape, un jour. Accusée de laxisme pour n’avoir pas fermé à clé la porte de chez elle un soir, elle est jugée responsable des agissements de son fils, sorti durant la nuit. En voulant le défendre corps et âme, elle commet l’irréparable, au nom de l’amour maternel. » Editions l’Avant-scène théâtre.

Date de parution  : 01/09/2008  Genre  Drame Drame moderne Collection des quatre-vents.

La création d’Une histoire de clés a eu lieu le 3 décembre 2005 au Théâtre de l’Atalante dans une mise en scène d’Olivier Cruveiller. Nathalie Akoun y interprétait la Femme.
     J’ai assisté à la représentation de cette pièce à la salle Jacques Tati à Saint-Germain en Laye hier soir.
Le personnage est passionnant : mère qui ne vit qu’à travers ses enfants, elle s’en désintéresse dés qu’ils grandissent. Il lui faut, à chaque fois, être enceinte, et renouer avec ce temps d’avant la révolte adolescente, ce temps de la fusion. Elle aime alors se regarder à travers le regard de ses enfants, puissante et sûre d’elle-même.
      Elle a confiance en eux, dit-elle, une confiance absolue. Ce n’est pas de sa faute d’ailleurs si ça a dérapé, c’est une histoire de clés, oubliées sur la porte. L’aîné est sorti sans sa permission et a fait des bêtises.
     Ce n’est jamais de sa faute,  quelque chose lui échappe « cette boîte noire dans sa tête », et la petite fille qu’elle porte en elle et dont elle aimerait pouvoir se délivrer. Et le père ? Et bien le père est parti, faute de place.  Elle se lave les mains à intervalles réguliers tout au long de la pièce. Qu’a-t-elle donc fait, me direz-vous, pour éprouver ce besoin de pureté, de quelle faute doit-elle se laver ?
      Cette mère, on la croise parfois dans nos écoles, sur nos paliers, une mère un petit peu fragile et débordée par ses enfants qui lui échappent, incapable de poser des règles, de fixer des limites et d’aider ses enfants à grandir. Prisonnière, enfermée dans sa folie.
Nathalie Akoun est toujours dans la retenue et la mesure, jamais dans le débordement ou l’hystérie, précise et juste.
Ce monologue est parfaitement bien construit et très bien écrit. Nathalie Akoun est douée.

Grand prix de littérature dramatique 2015

Selon le CNT,

Grand Prix de littérature dramatique 2015

Le 9 décembre, à 18h, au CnT, Michel Vinaver a reçu le Grand Prix de littérature dramatique 2015 pour Bettencourt Boulevard ou une histoire de France, L’Arche Éditeur.

 

 

 

 

 

Ce texte vient d’être créé par Christian Schiaretti et est joué jusqu’au 19 décembre au TNP, Villeurbanne. Il sera présenté à La Colline, Théâtre national, Paris à partir du 20 janvier 2016.

Le même jour, a également été décerné le Prix de La Belle Saison à Suzanne Lebeau et Sylvain Levey. Ce prix couronne l’oeuvre d’un auteur pour l’enfance et la jeunesse. Toutes les infos sur cette page.

Tous les liens renvoient sur le site du CNT ou vous trouverez de plus amples informations.

Théâtre : Pauline Sales

pauline

Pauline Sales est née en 1969, comédienne et auteure, ses pièces sont éditées aux Solitaires Intempestifs et à l’Arche. Richard Brunel, Marie-Pierre Bésanger, Philippe Delaigue, Laurent Laffargue, Jean-Claude Berutti ont mis en scène ses pièces et prochainement, Lukas Hemleb proposera « Les arrangement » au Théâtre de Sartrouville les 6, 7,8 décembre 2012.  Dans ses pièces, les femmes sont tourmentées et insatisfaites, elles enfantent des monstres, ou rêvent de partir et de tout abandonner ! Exposées aux violences, victimes d’inceste, leur langue est la langue du corps, crue et brute, parfois brutale.

« J’aime l’idée de travailler la langue comme un poème, qu’elle soit mâchée. »

Sa renommée est internationale car plusieurs de ses pièces ont été traduites en anglais et en allemand et représentées à l’étranger.

Elle est l’auteur de De la salive comme oxygène mise en scène par Kheireddine Lardjam, une production du Théâtre de Sartrouville et des Yvelines, CDN, dans le cadre du festival Odyssées en Yvelines (2011) et de En travaux qui est sa première mise en scène.

« J’ai toujours l’impression que c’est l’acte même d’écrire qui me fait écrire, très concrètement. Entre ce que j’imagine au départ écrire et le résultat final, il y a toujours un énorme décalage. Après coup je me dis, ah, c’était ça que tu voulais écrire. » Le Matricule des Anges

 

Les arrangements :

« Une famille recomposée se retrouve le temps d’unweek-end autour du patriarche,ancien déporté et romancier célèbre. À l’ombre de cette figure tutélaire, chacun se sent forcément défaillant, développant un sentiment d’imposture dans sa propre vie. Face à lamort annoncée du chef de famille, femmes et enfants se débattent,
s’interrogent, s’arrangent, pour continuer à vivre avec cet héritage, pour s’en servir ou s’en débarrasser… Dans cette comédie grinçante, au verbe pointu, Pauline Sales met à nu cette machine broyeuse d’existences qu’est la famille. »

« J’aime bien les trous‚ les bosses‚ les artères bouchées‚ le scotch qui a circulé‚ les larmes ravalées. Je peux pas aimer ceux qui aiment les jeunes parce que je vais vieillir pauvre cloche et qu’un jour tu seras trop jeune pour moi‚ même avec tes rides et ton incontinence et tout le tsoin-tsoin. Tu as brûlé la plus belle histoire d’amour que je connaisse et je peux te dire que j’en connais et tu peux me croire. Tu as brûlé l’histoire d’amour qui fait que je suis là pour te rencontrer. » Dépannages

« Ils sont deux‚ la trentaine‚ ils se connaissent mal‚ ils viennent d’univers radicalement différents. C’est une femme‚ il est un homme. Elle est étrangère‚ il est français. Elle est sous ses ordres‚ il la dirige. Ils doivent finir de construire quelque chose ensemble‚ avec les aléas‚ les retards‚ les changements de plan‚ les dépassements de budgets‚ les blessures qu’implique toute construction.

Ils sont dans le bâtiment. C’est pas la même façon de regarder‚ de parler‚ de manger‚ de s’habiller. Et même s’ils doivent construire ensemble‚ séparément ils n’ont pas du tout la même vision de ce qui doit être. » En travaux

« Ne pleure pas. J’ai mal à la tête. Pas de larmes. Je m’en vais toute seule et te laisse là. J’accroche un papier avec notre adresse à la fermeture Eclair de ton anorak. N’importe qui te raccompagnera chez toi tout droit. C’est ce que tu veux ? Alors qu’est-ce que tu veux ? Moi je reste là. Je ne rentre pas. Je vais au Groenland. Tu me crois ou pas (…) » Groenland

Entretien avec Pauline Sales

Les Solitaires Intempestifs :La Bosse, 2000,Dépannage, 2002, Cake ! suivi de Il aurait suffi que tu sois mon frère, 2002,Le Groenland, 2003, L’Infusion, 2004, Désertion, 2005, Les Arrangements, 2008, Family Art, 2009 A l’ombre, 2010 ,De la salive comme oxygène, 2010

Lansman :La route

L’Arche Éditeur :Israël-Palestine, Portraits, 2009 Le Jeu d’histoires libres

Espace 34 : Caravanes