A 54 ans, un homme peut se payer le luxe de s’offrir un deuxième tour… Interview de Diane Brasseur autour de son livre « Les fidélités »

4 réflexions sur “A 54 ans, un homme peut se payer le luxe de s’offrir un deuxième tour… Interview de Diane Brasseur autour de son livre « Les fidélités »

  1. J’aime bien le titre « Les fidéltés », parce qu’il m’inspire son contraire, et que je trouve que c’est un mot « musical » (3 syllabes ou 4… le mot se met en musique). Quant au sujet fidèle/infidèle… je me demande s’il vaut la peine d’être abordé. il est vieux comme le monde. « FIDES » => Loyauté… »Tu parles de loyauté! Tu juges tout le monde: mais ça ne t’étouffe pas plus qu’un autre, les scrupules ». Simone de Beauvoir.
    Et sais-tu que le scrupule est un « petit poids dont se servaient les apothicaires » ?…
    Des comptes, madame, des comptes !!!

    J'aime

    • Oui, d’ailleurs ce livre montre que fidélité et infidélité n’ont pas vraiment de sens hors de leur contexte. Toutefois il y a des gens qui aiment être fidèle, sexuellement et sentimentalement, à leur partenaire. Chacun établit un contrat avec l’autre et pourvu que ce soit clair et accepté par chacun, cela reste de la sphère du privé.

      J'aime

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s