Etre femme et écrire : Claude Pujade-Renaud et le déclic de l’écriture

« Tout n’est pas transférable. Mais lorsque j’écris, j’essaie de ne pas perdre le contact avec une sorte de pulsation du dedans qui conserve tout de même quelque chose de corporel et une respiration. Parfois il y a une pulsation, une respiration qui passe dans la phrase.
L’apprentissage du sport puis de la danse m’a montré que souvent il faut « tenir bon ». Affiner un geste, trouver le mot, modifier le rythme d’une phrase n’est pas donnée d’emblée. C’est valable pour n’importe quelle activité. 90% de transpiration, 10 % d’inspiration. »

Entretien avec Claude Pujade-Renaud paru dans le n°13 de la revue Contre-pied, novembre 2003, page 74. Revue du centre national d’étude et de formation, EPS et société.

 

Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Quelques-uns de ses livres pêle-mêle …

Le mystère Elena Ferrante

Ces dernières semaines la polémique agite les media. Il semblerait qu’un journaliste italien ait « démasqué » l’auteur qui se cache derrière le pseudonyme d’Elena Ferrante. Aucun auteur n’est obligé d’assumer publiquement la paternité ou maternité d’une oeuvre, il n’y a rien d’illégal à l’anonymat. Mais tout mystère demande à être percé, en tout cas, c’est ce que croient certains. D’autre part,  il paraît qu’en Italie c’est devenu un sport national depuis quelques années. En France, nous n’en sommes qu’au deuxième roman.

Sur les réseaux sociaux, il y a les « pour » et les « contre ». Ceux qui préféreraient qu’on respecte l’anonymat de l’auteur puisque c’est ce qu’elle souhaite, et qui considère que la révélation de son nom est une atteinte à la vie privée, et d’autres qui, simplement pris par le jeu, s’amusent des multiples rebondissements de cette affaire. Forcément le mystère focalise les désirs et les attentes, et sa résolution procure-t-elle une sorte de décharge qui s’apparente au plaisir.

D’autant plus que l’auteur accorde quelques rares interviews par e-mails.

Mais là encore rien n’est sûr, peut-être que l’auteure présumée n’est pas l’auteur véritable. Le mystère est peut-être toujours entier et le jeu va se poursuivre pour le plus grand plaisir des chasseurs de … trésor.

Elena Ferrante – L’amie prodigieuse
Le nouveau nom (L’amie prodigieuse 2) – Elena Ferrante / Une saga romanesque à couper le souffle !

Les femmes et l'ecriture 3

DÉBAT: ÉCRITURE FRANCOPHONE AU FÉMININ D’UN CONTINENT À L’AUTRE

Jeudi 2 juin 2016 à 18h à la Sorbonne Nouvelle
 
À l’occasion de la sortie du film Autour de Maïr de Hejer Charf, Nadja Productions organise en collaboration de la Délégation générale du Québec à Paris, une discussion portant sur l’écriture francophone au féminin avec les écrivaines québécoises Denise Desautels et Madeleine Monette, la chercheuse française, Audrey Lasserre et l’essayiste algérienne, Wassyla Tamzali qui animera le débat.
logo 1
18h> 20h
Bibliothèque Gaston Miron – Études québécoises
Bibliothèque universitaire, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
13 rue Santeuil, 75005 Paris
Métro Censier-Daubenton

Interview Adriana Lunardi sur son livre Vesperas

Autour de Maïr un film de Hejer Charf

L’écriture francophone au féminin

Ne ratez pas la projection du film « Autour de Maïr » de Hejer Charf, au cinéma Saint-André des Arts à Paris, le 8 juin 2016. 
Il sera présenté par la journaliste au Monde, Josyane Savigneau. Il s’agit d’un documentaire canadien qui traite de l’écriture francophone au féminin et du combat mené pour sa reconnaissance.

« Pendant longtemps, la littérature des femmes a été confinée au privé, au ménager, aux correspondances. L’on prétendait qu’elles ne savaient écrire que des lettres et tenir des journaux intimes.

Cofondatrice et première directrice de l’Institut Simone de Beauvoir (Université Concordia, Montréal 1978-1983), Maïr Verthuy a ouvert la voie pour que les écrits des femmes soient publiés, lus, enseignés, traduits.

Autour de Maïr, accompagnées des chansons d’Anne Sylvestre, des féministes, des poètes, des professeures, des écrivaines québécoises, françaises, disent le long et ardu chemin de l’écriture au féminin vers la reconnaissance.

Interviennent dans le documentaire, entre autres: Hélène Monette, qui vient de nous quitter,  Madeleine Gagnon, Jeanne Hyvrard, Gloria Escomel, Liliane Kandel, Wassyla Tamzali, Benoîte Groult, Martine Delvaux qui évoque la mémoire de Nelly Arcan.

« J’accédais à la littérature en parfaite sauvage.» Jeanne Hyvrard

jeu concours Litterama (les femmes en littérature)

Vous pouvez gagner un exemplaire de

Afficher l'image d'origine

en répondant aux questions suivantes : (Vous trouverez toutes les réponses sur ce blog)

1) Quel est le premier vers du plus ancien poème féminin connu ?

2) De qui est-elle la fille dans l’article « Colette de Jouvenel, fille de… Impasse de l’écritoire » ?

3) Quel autre nom donne-t-on aux femmes troubadours du Moyen-Age ?

4) Qui a écrit « Réflexions nouvelles sur les femmes » , en 1723 ?

5) Elle a écrit Evelina ou The History of a Young Lady’s Entrance into the World (1778).

6) A vingt ans, elle découvre qu’elle est atteinte de la maladie de Graves, trouble de la thyroïde qui entraîne une grande maigreur. A vingt et un ans, elle rédige ses premiers essais et poèmes inspirés par la nature. Elle fréquente la Société littéraire où ses essais sur Jane Austen, les sœurs Brontë, George Eliot et George Meredith sont finalement remarqués. Son second roman en anglais est  « Gone to earth ».

7) Elle a écrit « Le deuxième sexe ».

8) Qui a écrit « L’exception » ?

 

Toutes les réponses doivent être données en une seule fois à l’adresse suivante : femmes.en.litterature@gmail.com. Date limite le 15 mai à minuit.