Etre femme et écrire : Claude Pujade-Renaud et le déclic de l’écriture

« Tout n’est pas transférable. Mais lorsque j’écris, j’essaie de ne pas perdre le contact avec une sorte de pulsation du dedans qui conserve tout de même quelque chose de corporel et une respiration. Parfois il y a une pulsation, une respiration qui passe dans la phrase.
L’apprentissage du sport puis de la danse m’a montré que souvent il faut « tenir bon ». Affiner un geste, trouver le mot, modifier le rythme d’une phrase n’est pas donnée d’emblée. C’est valable pour n’importe quelle activité. 90% de transpiration, 10 % d’inspiration. »

Entretien avec Claude Pujade-Renaud paru dans le n°13 de la revue Contre-pied, novembre 2003, page 74. Revue du centre national d’étude et de formation, EPS et société.

 

Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Quelques-uns de ses livres pêle-mêle …

Eleanor Catton présente « Les luminaires »

Dianne Warren évoque les personnages de son roman « Cool water »

Dianne Warren -Cool water – Le paysage

Francesca Melandri – interview

Trois grandes écrivaines brésiliennes – Ecriture de soi, écriture d’autrui

Raja Alem

« Je ne parle pas d’une seule histoire.. Je parle…Par exemple, là où nous nous tenons, regardez à l’intérieur de votre tête, qu’est-ce qu’il y a à l’intérieur de votre tête ? Ce que vous avez regardé ce matin; les mails que vous avez reçus, […], les bruits autour de vous. C’est ce que j’essaie de capturer dans mon livre.. des moments… »