Archives pour la catégorie Les femmes et la poésie

Un Texte Une Femme : « Pleins feux sur les autrices » !

« Recevez chaque jour un texte écrit par une femme, qui parle des femmes ! De la romancière à la salonnière, de la physicienne à la journaliste, redécouvrez la condition féminine dans tous ses états. »

Voici la présentation de cette merveilleuse application créée par Sarah Sauquet, et Dominique Sauquet, Fondatrice d’It’s Sauquet.com, Directrice technique des applications.

Chaque jour donc, vous pouvez découvrir un article et un extrait d’une oeuvre écrite par une autrice dont l’oeuvre est dans le domaine public.

Je me suis abonnée à cette application dont le coût est extrêmement modique et j’ai pu découvrir ou re-découvrir les textes d’Edith Wharton, Madeleine Pelletier, Aline de Valette.

Chaque texte est resitué dans l’oeuvre, l’oeuvre dans son contexte, et dans l’Histoire, accompagné d’une notice biographique. Leur particularité est d’évoquer tous les sujets qui ont un lien avec les femmes, ainsi Madeleine Brès, première femme docteure en médecine évoque l’allaitement et l’intérêt du biberon, ou Madeleine Pelletier, première femme diplômée en psychiatrie, le célibat, le manque de liberté accordé aux jeunes filles, ou les agences d’avortement.

Un vrai coup de cœur !

Vivre-Ecrire – Marina Tsvetaeva

« Il ne s’agit pas du tout de Vivre Et Ecrire, mais de Vivre-Ecrire. Car Ecrire – c’est Vivre. »

Photo en 1917- Source Wikipédia

Cité dans « Je t’aime affreusement  » d’Estelle Gapp

Dessinées – Visages de femmes, poèmes d’amour

J’ai vraiment un attachement particulier aux Editions Bruno Doucey dont je suis en train de lire « Comme résonne la vie »d’Hélène Dorion, Mais voilà, je ne sais pas parler de poésie même si je l’aime. Souvent les mots me manquent, aussi je passe sous silence les recueils que je lis. Ce qui est un tort ! Donc je laisse l’éditrice parler de ce recueil qui célèbre les femmes mais aussi l’amicale complicité entre elles et lui, entre elles et eux.

L’auteur : Zaü

En librairie le 18 octobre 2018

Le mot de l’éditrice : Qu’elles fassent du vélo, dansent, se promènent, s’habillent ou se déshabillent, qu’elles lisent, pensent, observent, pleurent ou rient, toutes les femmes captées par le regard aimant de Zaü sont terriblement vivantes. À l’encre de Chine, à la mine de plomb, à l’acrylique, au pastel gras ou sec… peu importe la technique empruntée, le grand illustrateur les a croquées tout au long de sa vie, pour lui-même, sans rien perdre de la fulgurante beauté de ces rencontres. Dans Dessinées – Visages de femmes, poèmes d’amour, il nous ouvre son carnet intime. Pour servir d’écrin à ces instantanés de femmes, il fallait de grandes voix de la poésie contemporaine, parmi lesquelles Maram al-Masri, Tanella Boni, Ananda Devi, Hélène Dorion, Bruno Doucey, Abdellatif Laâbi, James Noël, Ernest Pépin… Mots et images d’amour tressés déplacent les frontières de l’intime pour que nous ne vivions jamais exilés de la beauté. Un pur bonheur.

Des textes de :

Maram al-Masri, Lucien Becker, Gioconda Belli, Tanella Boni, Ananda Devi, Habiba Djahnine, Hélène Dorion, Bruno Doucey, Abdellatif Laâbi, Alexandrine Lao, Aurélia Lassaque, Rita Mestokosho, Ketty Nivyabandi, James Noël, Ernest Pépin, Pierre Seghers, Pierre Vavasseur…

Collection : Passage des arts 

Pages : 144

Femmes et poésie : l’insurrection poétique

vignette les femmes et la poésieLes éditions Bruno Doucey laissent une large place aux voix féminines dans son catalogue, attentif à toutes les diversités, les identités multiples et non fragmentées.

Dans son introduction à l’anthologie poétique « Linsurrection poétique, Manifeste pour vivre ici », Bruno Doucey rappelle ce qui fait de lui un poète engagé : « La poésie ne peut pas être du côté du fascisme, de la xénophobie, du génocide, de la réduction au même, pour la bonne et simple raison qu’elle porte en elle une richesse de sens qui la place du côté de la diversité, de l’altérité, de l’ouverture. »

Parfois le seul fait d’être une femme fait de votre vie un combat. Et Bruno Doucey est un des rares éditeurs à promouvoir et faire entendre ces voix de femmes, venues d’ailleurs, de pays où le seul fait d’être une femme est déjà un crime.

Les femmes sont de tous les combats et le payent de leur liberté ou de leur vie :

Anna Gréki, emprisonnée pour avoir participé activement au combat pour l’indépendance de l’Algérie,

Talisma Nasreen pour s’être exprimée en faveur de l’émancipation des femmes,

Marianne Cohn, résistante juive allemande, assassinée par les nazis en juillet 1944, dont l’unique poème connu a été retrouvé dans la poche d’un enfant sauvé de la mort,

Nadia Anjuman,

poète afghane, battue à mort par son mari ennovembre 2005,

Ingrid Jonker dont Nelson Mandela lira un poème lors de son discours d’investiture devant le premier parlement sud-africain élu démocratiquement, afin de rendre hommage à son combat contre la ségrégation raciale.