Alice Zeniter Goncourt des lycéens

Critique - L'art de perdre - Alice Zeniter - Flammarion - Papivore ...

Elle l’a enfin eu son prix, à seulement 31 ans. Mais « vieil » écrivain dit-elle, puisqu’elle écrit depuis l’âge de 16 ans ! Un reportage télévisé montrait sa chambre d’adolescente, où trônait en bonne place l’affiche du Petit Prince. Et il faudrait remonter encore plus loin dans le temps, puisqu’elle s’amusait, en famille, petite encore, à réécrire les passages de grands romans qui ne lui plaisaient pas. Sacrée Alice !

Vive les garçons, ron-ton-ton

Aujourd’hui être une femme, en France, quand on écrit, n’est plus un handicap. Les femmes écrivains deviennent les égales des hommes même si encore ici ou là… Mais bon, un très bon journal le fait remarquer, cette année il n’y a que des garçons, C’est leur tournée, parce que à franchement y regarder… Le fait est que …

Prix Goncourt : Eric Vuillard, Prix Décembre : Grégoire Bouillier  , Prix Renaudot : Olivier Guez ; Grand Prix de l’Académie :  Daniel Rondeau ; Prix Giono : Jean-René Van der Plaetsen  ; Prix Femina : Philippe Jaenada; Le prix Femina de l’essai : Jean-Luc Coatalem ; Le prix Femina du meilleur roman étranger : John Edgar Wideman;

Une exception qui confirme la règle : Justine Augier, prix Renaudot essai

Fémina spécial pour l’ensemble de son oeuvre : Françoise Héritier

Presque que des garçons ron-ton-ton …

Et bien non !

Et bien non, ce n’est ni Yannick Haenel (Tiens ferme ta couronne Gallimard) ni Alice Zeniter (L’Art de perdre Flammarion)  mais Eric Vuillard avec L’Ordre du jour Actes Sud qui a gagné le Goncourt

Et ce lundi 6 novembre Olivier Guez a obtenu le prix Renaudot pour La Disparition de Josef Mengele, paru chez Grasset.

 

Éric Vuillard - L'ordre du jour Epub

3e sélection du Goncourt – lundi 30 octobre 2017 et celle du Femina

Cette année, exceptionnellement, je suis davantage les actualités du Goncourt car les auteurs présents m’intéressent plus particulièrement :

lundi 30 octobre 2017

La troisième liste du Goncourt est constituée de :

Yannick Haenel Tiens ferme ta couronne Gallimard
Véronique Olmi Bakhita Albin Michel
Eric Vuillard L’Ordre du jour Actes Sud
Alice Zeniter L’Art de perdre Flammarion

Le prix Goncourt sera attribué le 6 novembre.

Je pense que Yannick Haenel et Alice Zeniter sont les favoris. Allez, un petit pari !

Le Femina :

Romans français :

Jean-Baptiste Andrea – Ma reine (L’Iconoclaste)

Miguel Bonnefoy, Sucre noir (Rivages)

Philippe Jaenada, La serpe (Julliard)

Veronique Olmi, Bakhita (Albin Michel)

Alice Zeniter, L’art de perdre (Flammarion)

On retrouve Véronique Olmi et Alice Zeniter au Goncourt, il y a de fortes chances qu’elles aient chacune un prix. Quel suspense !

Romans étrangers :

– Britt Bennett, Le coeur battant de nos mères (Autrement) traduit de l’anglais (USA) par Jean Esch

-Paolo Cognetti, Les huit montagnes, (Stock)  traduit de l’italien par Anita Rochedy

– Anna Hope, La salle de bal (Gallimard) traduit de l’anglais par Elodie Leplat

– Juan Gabriel Vasquez, Le corps des ruines (Seuil) traduit de l’espagnol (Colombie) par Isabelle Gugnon

– John Edgar Wideman, Ecrire pour sauver une vie, le dossier Louis Till (Gallimard) traduit de l’anglais (USA) par Catherine Richard-Mas

Essais :

– Anne et Claire Berest, Gabrielle (Stock)

– Gérard Bonal, Des Américaines à Paris, Tallandier

– Jean-Luc Coatalem, Mes pas vont ailleurs (Stock)

– Marie-Hélène Fraïssé, L’eldorado polaire de Martin Frobisher (Albin Michel)

– Françoise Héritier, Au gré des jours (Odile Jacob)

– Henri Leclerc, La parole et l’action (Fayard)

– Michel Winock, Décadence fin de siècle (Gallimard)

Les huit sélectionnés du Goncourt …

François-Henri Désérable Un certain M. Pickielny Gallimard
Olivier Guez La disparition de Joseph Mengele Grasset
Yannick Haenel Tiens ferme ta couronne Gallimard
Véronique Olmi Bakhita Albin Michel
Alexis Ragougneau Niels V. Hamy
Monica Sabolo Summer JC Lattès
Eric Vuillard L’Ordre du jour Actes Sud
Alice Zeniter L’Art de perdre Flammarion

Enfin livre! | Blog littéraire de Nicole VolleLa disparition de Josef Mengele de Olivier Guez aux éditions Grasset ...Livre: Tiens ferme ta couronne, Yannick Haenel, Gallimard ...Livre: L'ordre du jour, Éric Vuillard, Actes Sud, Un ...

Bakhita par OlmiNiels" d'Alexis Ragougneau - Lettres it be : des chroniques de livres ...Critique - L'art de perdre - Alice Zeniter - Flammarion - Papivore ...

Des auteurs que j’aime, d’autres que je ne connais pas… Et cette magnifique jaquette de Véronique Olmi…

Le premier amour – Véronique Olmi
Alice Zeniter – Sombre dimanche ou la maison qui tuait les femmes

Kazuo Ishiguro Prix Nobel 2017

Nunca me abandones, Kazuo Ishiguro: Reflexión moral sobre ...

Le prix Nobel a été décerné à Kazuo Ishiguro le 6 octobre 2017.  L’écrivain d’origine japonaise, arrivé à l’âge de six ans en Grande-Bretagne, a écrit des romans d’une grande force et d’une grande finesse à la fois. Ses personnages, hommes et femmes, toujours très attachants, jamais manichéens, nous révèlent à nous-mêmes, et explorent nos zones d’ombre et nos paradoxes,  sans parler de cette tendresse que le romancier a pour les plus faibles d’entre eux.

« Kazuo Ishiguro, qui, dans ses romans d’une grande force émotionnelle, a révélé l’abîme sous notre illusoire sentiment de confort dans le monde. »

« Auprès de moi toujours » de Kazuo Ishiguro

A lire cet été !

Voici quelques romans à découvrir cet été !

     liv-11945-a-mes-yeux.jpg

L’angoisse du poisson rouge de Mélissa Verreault

Drôle de titre, surtout étendue sur une plage au bord de la mer ! Qu’à cela ne tienne, il s’agit de ne pas bronzer idiot. Et selon l’éditeur, cette  » épopée improbable où les méduses détiennent la réponse aux questions existentielles, où les messages sont livrés par pigeon voyageur et où il est parfois nécessaire d’entrer par effraction dans sa propre demeure » risque vous faire oublier que vous êtes allongé sur une serviette (ce qui n’est pas sans danger!).

L’avis d’Anne du blog « Des mots et des notes »

Désorientale de Négar Diavadi

Pour ceux qui seraient étendus dans un hamac à l’ombre d’un palmier, il s’agit de ne pas se laisser abattre, on nous promet de l’émotion, de la comédie et du drame, cocktail indispensable à une lecture d’été. ce roman déroule « histoire des Sadr sur trois générations: les tribulations des ancêtres, une décennie de révolution politique, les chemins de traverse de l’adolescence, l’ivresse du rock, le sourire voyou d’une bassiste blonde…  »

A mes yeux de Laurence Werner David

Entre le mystère, la splendeur et le danger de vivre, ce roman promet d’être haletant.  A lire, si vous êtes dans un jardin fleuri orné d’une fontaine.

Manuel à l’usage des femmes de ménage Lucia Berlin

A lire peut-être si vous êtes dans un refuge en haute montagne. Car de la hauteur, il en faut, pour déguster ces nouvelles vibrantes où une femme, presque toujours, fait le récit de ce qui lui est arrivé, événement trivial ou banal, mais souffle profond.

Allez, c’est pas le tout, c’est dimanche et il est urgent de ne rien faire !