La littérature, les femmes et …le football

Je sais c’est un peu tard pour vouloir coller à l’actualité, mais cela pourra toujours servir dans quatre ans ou au prochain match, de votre amoureux, ou de votre copine qui joue depuis dix ans en club. bon, on est pas loin pourtant des stéréotypes de genre !

Onze nouvelles à lire seule, les soirs de match de foot... par Poinger

« Mesdames, vous devez lire cet ouvrage écrit pour vous. Pourquoi ? Mais parce que votre mâle va bientôt vous abandonner… encore une fois. Pas pour une jolie blonde de dix ans votre cadette. Non, vos rivaux sont onze joueurs poilus qui courent après un ballon et se roulent par terre en hurlant ! Emmanuelle Poinger a toujours remarqué l’effet désastreux du foot sur la libido des hommes, ces zombis qui gardent l’œil rivé sur la lucarne alors que vous passez en guêpière et porte-jarretelles. Forte de ce constat, elle s’est amusée à imaginer onze histoires drôles et sensuelles pour que les femmes ne s’ennuient plus les soirs de match. De quoi oublier l’image de votre homme hagard entouré de restes de pizza et de canettes de bière. Vous le regarderez d’un autre œil une fois la télévision éteinte et le livre refermé… « 

La littérature et le football

 

Résultat de recherche d'images pour ""Ballon rond et héros modernes. Quand la littérature s’intéresse à la masculinité des terrains de football.""

« Si le sport a d’abord été considéré comme un divertissement pour analphabètes , la littérature sportive émerge dès la fin du XIXe siècle et les collections qui lui sont dédiées se multiplient. En 1928, la Fédération française de football crée son concours littéraire. Dès la Première Guerre mondiale, les modes d’Outre-Manche s’exportent et le joueur de football devient une figure emblématique des années 1920. Avec le joueur de football, la littérature délimite les contours d’un nouvel idéal masculin. Dans les années 1970, le développement du spectacle sportif, la médiatisation des grandes rencontres et l’évidente démocratisation du sport invitent à repenser le sport comme un fait social total. La littérature ne reste pas sourde à cet appel : elle questionne les nouvelles formes du spectacle footballistique et le sens du jeu dans la société contemporaine. L’histoire du ballon rond mais également l’abondante production romanesque qui l’accompagne nous invitent à proposer ici une étude des discours littéraires sur le football et à sonder les modèles masculins qui y sont érigés. »

On voudrait nous faire croire que les femmes n’aiment pas le foot, et pourtant combien d’équipes féminines de football que l’on ne voit presque jamais à la télévision ? Ha, les stéréotypes ont la vie dure !

A Livre Paris aujourd’hui ne manquez pas… le faux procès d’Anna Karénine !

« De 18h00 à 19h00, le roman magistral de Tolstoï, un des plus grands chefs d’œuvre de la littérature russe, fait ici l’objet d’un faux-procès inédit sur la Grande Scène de Livre Paris. L’occasion de revenir sur le destin de Anna Karénine, figure magnifique de l’émancipation et de la liberté, dans une époque qui, encore aujourd’hui, est marquée par de vifs débats entourant les questions de la famille et de la place de la femme dans la société.  » Communication Livre Paris

« Anna Karénine est-elle coupable ? Assistez au faux procès littéraire d’un des plus grand chefs d’oeuvres de la littérature russe. L’occasion de revenir sur le destin tragique d’une des figures emblématiques de l’émancipation et de la liberté.
Présidé par Jean Lebrun et avec Catherine Cusset dans le rôle d’Anna, Le Mock dans ceux d’Alexis et de Vronski, en partenariat avec France Inter. »

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, gros plan

Parlement des écrivaines Francophones

Le 20 mars, sera lancé le Parlement des écrivaines Francophones à l’initiative de l’Organisation Internationale de la Francophonie, sur la proposition de Fawzia Zouari, journaliste à l’hebdomadaire « Jeune Afrique » et écrivain, prix des 5 Continents de la francophonie 2016. Le but de ce parlement sera de rendre visible la littérature écrite par ces femmes, permettre la constitution de réseaux favorisant la communication et la diffusion pour des femmes souvent absentes des cercles du pouvoir.

Ce parlement se tiendra normalement à Orléans, en partenariat avec l’Université. Orléans avait déjà abrité l’édition 2016 consacrée aux femmes « Comment le Monde pense les femmes – Comment les femmes pensent le monde ». Elle a donné plus de détails dans une émission radiodiffusée au Salon du Livre.

Instantáneas africanas del norte literario, breve ...

David Szalay ce qu’est l’homme Albin Michel – Un livre qui me tenterait bien et vous ?

Voilà un livre qui me tente beaucoup ! Des critiques élogieuses, une magnifique couverture, et une approche par le genre qui peut avoir beaucoup d’intérêt, car comme tout le monde le sait, les hommes sont (presque) des femmes comme les autres !
David Szalay   Ce qu’est l’homme  Traducteur : Etienne Gomez

« Neuf hommes, âgés de 17 à 73 ans, tous à une étape différente de leur vie et dispersés aux quatre coins de l’Europe, essayent de comprendre ce que signifie être vivant. Tels sont les personnages mis en scène par David Szalay à la façon d’un arc de cercle chronologique illustrant tous les âges de la vie. En juxtaposant ces existences singulières au cours d’une seule et même année, l’auteur montre les hommes tels qu’ils sont : tantôt incapables d’exprimer leurs émotions, provocateurs ou méprisables, tantôt hilarants, touchants, riches d’envies et de désirs face au temps qui passe. 
Et le paysage qu’il nous invite à explorer, multiple et kaléidoscopique, apparaît alors au fil des pages dans sa plus troublante évidence : il déroule le roman de notre vie.
Avec ce livre, finaliste du Man Booker Prize, le jeune auteur britannique offre un portrait saisissant des hommes du XXIe siècle et réussit, en disséquant ainsi la masculinité d’aujourd’hui, à dépeindre avec force le désarroi et l’inquiétude qui habitent l’Europe moderne. » 

« La démonstration d’une puissance littéraire hors du commun. Magnifique. » The New York Times

Les figures féminines dans la littérature young adult – Le 8 mars de 19h à 20H30

Le 8 mars de 19h00 à 20h30
📍Médiathèque de la Canopée, Paris

L’image contient peut-être : 1 personne, texte
« A la croisée des genres, le secteur « Young Adult » est une grande tendance littéraire actuelle qui a pour particularité de s’adresser principalement aux 15-25 ans. En 2018, le salon Livre Paris lui consacre une toute nouvelle scène, afin de mettre en avant les spécificités des œuvres et auteurs qui l’incarnent. 

A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le salon Livre Paris et la Ville de Paris s’associent pour organiser une rencontre sur la représentation des figures féminines dans la littérature Young Adult, en présence d’auteurs et de spécialistes. Ce courant très lié au « Girl power » fait en effet la part belle aux lectrices, aux auteures et aux personnages féminins non stéréotypés ! 

Événement gratuit, tout public, réservation recommandée :
01 44 78 80 80 ou sur bibliocité.fr « 

Les invitées :

 Marie-Lorna Vaconsin est une comédienne et romancière française de science-fiction et fantasy. Elle est l’auteure du roman Le monde des possibles (Fasciné, 2013) et de la saga young adult Starpoint, dont le tome 1 La fille aux cheveux rouges est paru chez La Belle colère en mars 2017.

 Anne Lanoë, auteure française d’ouvrages pour la jeunesse, fait aussi parti du groupe de rock Lili Brik. Son dernier roman Des lendemains qui chantent (Fleurus, 2017) narre le parcours d’une fille d’émigrés russes qui arrive en Paris en 1933 et rêve de devenir photographe reporter.

– Sophie Nanteuil, programmatrice de la scène Young Adult Paris, est éditrice freelance en littérature jeunesse (elle travaille notamment pour Larousse Nathan , Milan, Hatier…). Elle est également auteure en parenting et en jeunesse.

– Sophie Rosemont, programmatrice de la scène Young Adult Paris, est aussi journaliste culture pour Rolling Stone, Paris-Match ou Glamour, et chroniqueuse pour France Culture. Egalement auteure, elle est professeur en école de journalisme et à Columbia University.

Événement gratuit, tout public, réservation recommandée :
01 44 78 80 80 ou sur bibliocité.fr

La douleur de Marguerite Duras porté à l’écran !

Bonne année 2018 ! Petit bilan des lectures de l’année 2017 …

 

Je remercie tout d’abord Héloïse Dorsan Rachet  jeune artiste qui a créé tous ces merveilleux dessins pour le blog. En lui souhaitant une grande année professionnellement…et personnellement !

Voici un petit résumé de l’année 2017 en lectures, celles qui m’auront particulièrement marquée. Vous n’y trouverez aucun roman de la rentrée littéraire, oups :

mais vous pourrez découvrir, pêle-mêle, des romans populaires, des romans plus « littéraires », et des pépites, des romans confidentiels issus de la littérature mondiale, de minorités dont je vous recommande particulièrement la lecture si vous êtes un esprit curieux, et indépendant.

Pénélope Bagieu, Culottées 1

Oui, beaucoup d’émotion dans cette BD, une émotion douce qui laisse le coeur ravi.

Lamia Berrada Berca, Kant et la petite robe rouge

Véritable parcours initiatiquel’éveil d’une femme au désir et à la liberté… L’histoire pourrait paraître banale : une jeune femme marocaine vient rejoindre son mari en France. Très ancrée dans la tradition patriarcale, elle ne sait ni lire ni écrire et ne sort qu’à l’abri de son voile intégral. Elle est soumise à son mari et se plie au devoir conjugal sans se poser véritablement de questions sur ce qu’elle désire. Son éducation l’a conditionnée à être une épouse soumise, entièrement dévouée aux besoins de sa famille. Jusqu’au jour où le désir va faire irruption dans sa viesous la forme d’une jolie robe rouge dans une vitrine.

Les luminaires d’Eleanor Catton, 

Sous une facture, à premier abord, assez classique, dans une très belle langue (et une très belle traduction) il est aussi un roman expérimental dans sa structure et sa narration relativement asymétrique. Œuvre d’une jeune prodige, il en acquiert un intérêt supplémentaire. A lire…

Lydie Dattas, La nuit spirituelle 

Un texte magnifique, dans une langue très poétique, des accents profondément touchants, électrisants …

Elena Ferrante, Celle qui fuit et celle qui reste

Nous retrouvons nos deux héroïnes, Elena et Lila, dans l’Italie de la fin des années soixante, emportées par les soubresauts de l’histoire : les événements de mai 68, le féminisme dont les mouvements commencent à s’organiser, les attentats. Elena tente de trouver le bonheur au sein de son couple, et Lila commence une période plus heureuse, couronnée de succès mais toujours liée à la mafia. Son intelligence trouve enfin sa récompense et lui permet une certaine ascension sociale.

Fiona Kidman, Rescapée

Un grand roman d’aventures, un talent d’exception pour nouer une intrigue et entretenir le suspense, mais aussi pour donner un souffle profond au récit, et construire des personnages, font de ce livre un dépaysement total !

Susan Fromberg Schaeffer, Folie d’une femme séduite

Ce roman rappelle les personnages d’ Emma Bovary, Tess d’Urberbille et ceux des Hauts de Hurlevent. La passion y est portée à son paroxysme faisant de son héroïne une femme obsessionnelle, incapable de vivre pour elle-même, et d’une jalousie dévorante. Une femme dont le corps et la tête ont opéré un irrémédiable divorce qui vont la conduire à la folie et au crime (On le sait très vite au début du roman). La narration est d’une qualité et d’une force exceptionnelle ! A lire absolument !

Helen Simonson, L’été avant la guerre

Passionnant roman qui évoque à merveille les mentalités dans l’Angleterre conservatrice de ce début du siècle.

Leïla Slimani, Chanson douce

A peine ouvre-t-on le livre, la première phrase vous saute au visage avec une violence inouïe. Le bébé est mort. Pourquoi, dans quelles circonstances, on ne le sait pas encore. Par petites touches, Leïla Slimani, brosse le portrait des différents protagonistes de l’action, celle qui a précipité la mort du petit.  Elle ne s’embarrasse pas de fioritures, la langue est concise, presque sèche mais efficace et aussi redoutable qu’un scalpel. Elle nous maintient en haleine jusqu’à la fin. Prix Goncourt, un roman redoutable.

Alice Tawhai, Le festival des miracles

Voilà un curieux objet littéraire, passionnant à découvrir. Son auteure, Alice Tawhai tient à préserver son anonymat, aussi n’ai-je trouvé aucune photographie d’elle.

L’auteure a souvent été comparée à Janet Frame et Amélie Nothomb a dit d’elle qu’elle avait la grâce. Il faut lire Alice Tawhai…

Voilà ce petit parcours de lecture, peut-être certains s’y reconnaîtront…