Cycle Littérature féminine à Saint-Germain-en-laye dans les Yvelines

L’Université libre de Saint-Germain-en-laye , dans les Yvelines, en région parisienne, propose des conférences sur le thème de la littérature féminine. Ont déjà été évoquées Colette, et prochainement  LUNDI 14  mars : Cycle Littérature féminine George Sand et la créativité féminine  par Béatrice DIDIER, Professeur émérite à l’Ecole Normale Supérieure (Ulm)

Université libre de Saint-Germain-en-laye et sa région
(liée par convention à l’Université de Paris Ouest – Nanterre la Défense)
2, rue Henri IV, Espace Paul et André Véra
tél : 01 39 73 42 55

courriel : universite.libre[at]wanadoo[dot]fr

L’Université libre qui entre dans sa vingt-septième année, propose des activités universitaires pour tous, sans condition d’âge ou de diplôme. C’est un lieu d’échanges, un point de rencontre entre le monde universitaire et le grand public, dans une perspective d’enrichissement mutuel.

L’enseignement est dispensé par des professeurs d’Université et des spécialistes reconnus.

Aperçu du programme :

·    12 conférences générales sur des thèmes variés

·    Des cycles d’études de 7 à 8 conférences :
L’actualité de la recherche sur François 1er : le pouvoir et les arts – Littérature féminine – Réforme des territoires, réforme de l’Etat – Matisse – La Chine en défi, enjeux politiques d’un géant – La Terre et son histoire – Les opéras de Mozart.

Paroles de femme : Yannick Lahens

                                                                                                                                                  (photo extraite de la vidéo précédente)

« Je pense que les femmes ne changent pas la littérature, elles ne peuvent pas changer les règles de la littérature mais je crois que les femmes apportent leur vécu, leur situation, quand vraiment elles y mettent le tout d’elles-mêmes. Je crois que ça apporte quelque chose de différent, et je crois qu’aujourd’hui il y a un phénomène qui est en train de se vivre en Haïti, la voix des femmes donne une autre perspective des choses, […] il y a un chemin qui est en train de se tracer… »

Yanick Lahens – Influences et confluences

Paroles de femme : Silvina Ocampo (1903-1993)

Les femmes et l'ecriture 3

« Cette histoire d’écrire fait partie de l’amour… Écrire est un acte d’amour… Parfois j’écris pour une personne amie, qui m’est chère, et qui ressent ce que j’écris.  »

 

La stratégie des romancières anglaises au XVIIIe siècle : contournement et auto-effacement mais aussi affirmation de soi

Étude passionnante à lire sur la toile,  de Aleksandra KOWALSKA /Université Charles de Gaulle – Lille 3

vignette femme qui écrit« L’écriture des femmes fut aussi influencée par leur
situation dans la société et par leur vision d’elles-mêmes en tant
qu’écrivains dont la tâche était difficile en raison des contraintes idéologiques. En premier lieu, la société patriarcale attachait une grande importance à la bienséance des femmes. On faisait l’amalgame entre leur vie et leurs romans(des écrits scandaleux pouvaient être un motif d’accusation de conduite non vertueuse dans la vie, et l’inverse – une vie sexuelle libre risquait de faire cataloguer l’œuvre littéraire comme immorale). De plus, la bonne réputation d’une femme auteur dépendait principalement de la pudeur et non de la valeur artistique de ses écrits. »
                            
Fanny Burney (1752-1840)  Mary Wollstonecraft (1759-1797)

Paroles de femmes : Jeanette Winterson

Photo éditeur

« Il m’a fallu beaucoup de temps pour comprendre qu’il existe deux types d’écriture ; celle que l’on écrit et celle qui nous écrit. Celle qui nous écrit est dangereuse. Nous allons là où nous ne voulons pas aller. Nous regardons où nous ne voulons pas regarder. »P68

« Quand j’ai connu le succès, plus tard, et qu’on m’accusait d’arrogance, j’aurais voulu traîner à Accrington tous ces journalistes qui n’y comprenaient rien, et leur montrer que pour une femme, une femme de la classe ouvrière, vouloir être écrivain, un bon écrivain, et croire que l’on avait assez de talent pour cela, ce n’était pas de l’arrogance ; c’était de la politique. »

in « Pourquoi être heureux quand on peut être normal »Points/Editions de l’Olivier

 Jeanette Winterson est née à Manchester en 1959. Icône féministe, elle est l’auteur de nombreux romans irrévérencieux, dont « Les oranges ne sont pas les seuls fruits « 

 

Paroles de femmes : Eugénie de Keyser

« Le chien fut écrit presque entièrement le soir, à la lampe.
La surface de l’eau à des heures diverses (tout entier face au jardin).
Aujourd’hui je n’écris guère que le matin.
La machine? Vieille! Rien d’autre à en dire.
Il faut avouer qu’elle n’est pas le seul instrument. Il arrive que ce qu’on transporte avec soi ait une vie différente de la chose ou du personnage. La phrase aussi peut surgir d’endroit en endroit, n’importe où, dans le tram, dans une salle de cours, en promenade, pendant que l’on consulte un ouvrage de référence pour tout autre
chose, et c’est le stylo alors qui est le maître de l’«œuvre». »