Litterama, les femmes en littérature

L’hiver de pluie – Lise Tremblay – Une lecture de ciels gris et de mélancolie…

Résultat de recherche d'images pour "lise tremblay l'hiver de pluie"

Lise Tremblay – L’hiver de pluie – Bibliothèque Québécoise XYZ éditions (20/09/2005)

Premier roman de l’auteure, L’hiver de pluie, cisèle son récit de mélancolie et d’errance au sein de la ville de Québec. Les hommes y sont soit petits, soit gros, toujours fuyants ou impuissants, incapables de tendresse et d’amour. Les aventures malheureuses, les déboires affectifs, les rencontres manquées et la ville et ses cafés peuplés de solitudes, de gens pas tout à fait comme il faudrait, voués au malheur et à la déconfiture (si l’on peut dire), sont au diapason de ces ciels gris, de ces flaques sur le sol dans lesquelles se reflète un ciel immensément gris. C’est le roman, peut-être, d’une génération, de la désespérance.

L’hiver de pluie,  est un court récit,  qui excède à peine une centaine de pages,  divisé en deux parties inégales, dans lesquelles des tranches de vie, des moments sont relatés, (beaucoup de références à Poulin que je ne connais pas) qui donnent son atmosphère au livre, intimiste, où la narratrice est aux prises avec les mots, leur impuissance, et la tentation du silence, « dans un pays où on assassine les mots à force de redites], où on les épuise, un pays de peu de mots » (p. 99) ?

La narratrice écrit des lettres qu’elle n’enverra pas à l’homme dont l’abandon, le manque , la conduit à marcher sans fin. Elle marche pour ne pas céder à l’inertie, pour garder la vie en elle, mais elle marche sans but.

Ceux qui marchent : « Ils ne survivent que par compassion, caressés par leur propre douleur qu’ils voient se refléter dans le regard des passants. Ceux qui marchent ont des regards de bêtes qui meurent à petit feu, des bêtes qu’on a oubliées… »

C’est tellement bien écrit, c’est beau aussi comme un ciel pommelé, mais au sortir de cette lecture, on a envie de crier, de sauter dans les flaques, et d’arracher quelques rayons au soleil.

C’était ma dernière lecture pour « Québec en novembre » avec  Karine et Yueyin.

19 Commentaires

    • J’allais te conseiller le même roman de Jacques Poulin. J’en ai lu plusieurs, en ai aimé plusieurs, mais celui-là est peut-être mon préféré. Je me souviens avoir beaucoup aimé aussi La traduction est une histoire d’amour. Un roman, oui, malgré son titre. Bref, Jacques Poulin écrit de très belles histoires. Pas de danger de spleen à l’horizon.

      Aimé par 1 personne

      • Je vais chercher un de ses romans. Je ne déteste pas le spleen et comme tout le monde, je pense, j’ai éprouvé parfois le désespoir, mais ce qui m’a bouleversé peut-être dans son récit, c’est la description d’un monde sans amour partagé, où la solitude des êtres est abyssale. Cette désespérance. J’en suis ressortie un peu glacée.

        J'aime

  1. Lise Tremblay.. Je note ce livre car j’aime ces histoires intimistes. L’extrait que tu cites est si beau : « dans un pays où on assassine les mots à force de redites], où on les épuise, un pays de peu de mots » Je rejoins les commentaires précédents. Bravo pour cette belle chronique et merci pour la découverte. 🙂

    J'aime

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :