Archives pour la catégorie Les femmes et la littérature

Paroles de femmes : Toni Morrison

Toni Morrison

« Lorsque j’ai composé mon premier roman, L’OEil le plus bleu [elle avait alors 39 ans et élevait seule ses deux garçons], je m’étais inscrite à un atelier d’écriture. J’ai alors eu envie d’écrire autour d’une anecdote qui m’a profondément marquée. J’avais 12 ou 13 ans. Nous débattions, avec une copine, de l’existence de Dieu. J’affirmais qu’il existait, elle soutenait le contraire. Parce que, m’avait-elle expliqué, cela faisait deux ans qu’elle le suppliait de lui accorder des yeux bleus, et rien ne s’était produit. Je me souviens avoir pensé qu’elle aurait été grotesque avec des yeux bleus et, dans le même temps, m’être aperçue combien elle était belle avec ses yeux étirés, ses pommettes hautes, son nez aquilin. Pour la première fois, j’accédais à cette dimension de la beauté unique, celle que chacun possède tel qu’il est. J’ai eu envie de comprendre et raconter pourquoi elle n’était pas en mesure de la voir.[…]

          Je me documente énormément pour chacun de mes livres, afin de développer une compréhension de la réalité qui ait de multiples facettes, pas seulement celle qui m’arrange. J’ai par exemple commis une erreur dans mon premier livre avec le personnage de Maureen Peal, la petite blonde aux chaussettes impeccables. J’en ai fait le genre de fille que l’on adore détester, vous savez ? [Elle rit.] Je n’ai pas essayé de comprendre combien elle devait être effrayée d’être enviée. Je trouve toujours intéressant de regarder les choses à l’envers, pas seulement comme on vous dit qu’elles doivent être. Lorsque j’ai écrit Beloved, les femmes se battaient pour qu’on leur reconnaisse le droit de ne pas avoir d’enfants en ayant accès à la contraception et à l’avortement. À l’époque de l’esclavage, c’était le contraire. La liberté de Sethe, mon personnage, consistait à vouloir assumer la responsabilité de son enfant jusqu’à lui ôter la vie, pour lui épargner l’asservissement auquel il était promis. »

Extrait de Interview par psychologies.com

Toni Morrison, de son vrai nom Chloe Anthony Wofford, née le 18 février 1931  dans l’Ohio aux Etats-Unis. Elle est romancière,  professeur de littérature et éditrice, lauréate du Prix Pulitzer en 1988, et du prix Nobel de littérature en 1993. Première femme noire à avoir été distinguée par ce prix prestigieux, elle porte la voix et l’histoire des afro-américains. C’est son roman « Beloved » qui l’a fait connaître en France. Aux Etats-Unis deux romans on assuré sa notoriété : Sula en 1973 et Song of Solomon en 1977. Son dernier livre « Home » est publié aux éditions Bourgois sous la forme d’une confession de Frank Money, un homme noir traumatisé par les violences dont il a été témoin pendant la guerre de Corée. Il décide alors avec sa soeur de retourner dans le village de leur enfance où ils ont tous les deux beaucoup souffert.

Paroles de femmes – Catherine Mavrikakis

catherine

« Comment écrivez-vous?

N’importe où : dans mon lit, sur la table de cuisine, dans la voiture (je ne conduis pas…), en voyage, chez moi, chez les autres. N’importe quand : dès que j’ai vingt minutes. N’importe comment : avec une plume, dans un carnet, avec un crayon, sur une feuille qui traîne dans mon sac ou encore directement sur mon ordinateur. L’idéal se serait d’avoir un rituel très tôt le matin, à mon bureau, devant mon clavier. J’y arrive parfois, mais la plupart du temps, je dois voler les mots au passage.

Pourquoi écrivez-vous?

Je ne sais pas. Je dis toujours que cela ne durera pas, que je n’en aurai pas envie plus tard. Pour l’instant, j’écris de façon très égoïste. Pour me faire signe. Pour voir si je suis là. Je frappe à ma propre porte et tant mieux si je me dérange.   »

extrait d’une interview passionnante à lire dans Catherine Mavrikakis en six questions – L’EXPRESS

Paroles de femmes : Siri Hustvedt

Siri

« Je ne me pense pas d’abord comme une femme. Ma réalité intérieure est bien plus complexe. Je me sens habitée par de multiples voix, de multiples personnes, des forces qui sont à la fois masculines et féminines. Je ne me sens limitée à aucune identité sexuelle. »

Interview Madame Figaro

Beaucoup de femmes lisent de la fiction. La plupart des hommes, non. Si un homme ouvre un roman, il aime voir sur la couverture un nom masculin ; cela a quelque chose de rassurant. […]. En outre, les hommes se vantent volontiers de négliger la fiction : « Je ne lis pas de romans, mais ma femme en lit. » De l’imagination littéraire contemporaine émane, semble-t-il, un parfum nettement féminin. Rappelez-vous Sabbatini : nous autres femmes, nous sommes douées pour le verbe. Mais à dire vrai, nous avons été consommatrices enthousiastes du roman dès sa naissance, vers la fin du XVIIe siècle, et, à cette époque, lire des romans vous avait un arôme de clandestinité. […] lire est une activité privée, souvent exercée derrière des portes fermées. Une jeune dame pouvait se retirer avec un livre, pouvait même l’emporter dans son boudoir et là, étendue sur ses draps de soie, tandis qu’elle s’imbibe des passions et frissons manufacturés par la plume d’un écrivain polisson, l’une de ses mains, pas absolument indispensable pour tenir le petit volume, pourrait s’égarer. »

Un été sans les hommes,  2011

Paroles de femmes : Edna O’Brien

Edna-O-Brien

Je crois que cette chose mystérieuse qui fait de l’un des membres d’une famille un écrivain, alors que les autres ne le sont pas, tient au fait qu’un écrivain est un écrivain avant même d’être capable de parler. L’histoire d’amour et le combat avec les mots viennent plus tard. Il faut ensuite être capable de se retirer en soi-même. Tous les auteurs que j’aime ont dû faire retraite en eux-mêmes. Ceux qui n’en sont pas capables peuvent certes écrire un bon livre, mais ils n’en écriront pas d’autres, car ils se laisseront tenter par le monde.

Je crois profondément que, pour écrire, il faut être perturbé. Sinon, pourquoi voudrait-on écrire ? Ce n’est pas une occupation naturelle, c’est une occupation obsessionnelle, névrotique, et surtout solitaire. Je crois que les écrivains sont plus perturbés que les peintres par exemple, car leur travail est uniquement mental alors que celui des peintres contient au moins une part physique. Je suis convaincue qu’écrire correspond à une tentative, à un besoin de créer un monde dont vous savez qu’il n’existe pas. Je crois que l’écrivain essaie toujours d’écrire quelque chose qu’il est à peine capable d’écrire, ou peut-être incapable d’écrire. Même quand vous tenez les mots les plus brillants, il reste toujours un obstacle infranchissable pour arriver à la perfection. Et cela rend impossible toute existence heureuse. Je pense toutefois que les écrivains expérimentent des moments d’extra-lucidité. Ces moments où vous essayez de faire quelque chose, vous y arrivez presque mais pas tout à fait, et soudain ça y est : vous avez obtenu ce que vous ne croyiez pas pouvoir obtenir, et cela est extraordinaire.

propos recueillis par  Alexis Liebaert. L’intégralité de l’interview a été publiée dans le numéro 501 du Magazine Littéraire en octobre 2010.

Les romancières tunisiennes : entre tradition et modernité

travail-de-Cyberien-lors-du-printemps-arabe

source Cyberien -Tous droits réservés

          Les femmes n’écrivent pas d’une façon différente en fonction de leur sexe mais ont eu un accès à l’écriture spécifique du fait de leur genre. Cet accès a été plus difficile et marqué de nombreux interdits, le « silence matériel et symbolique » des femmes étant la preuve de leur pudeur et de leur retenue. Leur accès à l’éducation supérieure a été aussi plus tardif que celle des hommes et a conditionné la maîtrise de l’acte et du projet d’écriture. L’histoire littéraire des femmes est indissociable, de ce fait, de l’histoire des femmes. C’est également la raison pour laquelle certaines des thématiques de leurs œuvres peuvent être des témoignages de leur situation de femmes, de leur révolte et des injustices qu’elles subissent. L’écriture est alors un moyen de libérer une parole tue ou asservie, et d’accéder à une reconnaissance. Les quelques pionnières qui ont été l’exception qui confirme la règle sont les romancières venant de la communauté juive (voir Marta Segara – Les nouvelles romancières francophones du Maghreb).

         Dans cet ouvrage, elle explique le choix du français comme « voie de libération » par opposition à la langue arabe considérée comme « la langue du pouvoir patriarcal et religieux qui empêche l’amélioration de leur condition».  Les femmes du Maghreb furent le symbole de la terre outragée, gardiennes des traditions, représentantes de l’espace privé et de la transmission orale des coutumes face à l’emprise de la colonisation. Toute modernité était de ce fait considérée comme occidentale et donc condamnable. Dans une société où la séparation des sexes était déjà relativement marquée, ce retrait symbolique des femmes dans l’espace domestique du foyer a considérablement empêché ou ralenti l’accès des femmes à l’écriture et leur insertion dans l’espace public.

         La division sexuée de l’espace privé et de l’espace public a ainsi acquis une rigidité d’autant plus forte que la menace était grande. Assia Djebar dans l’Amour, la Fantasia, dit que le langage de la femme a été voilé comme son corps.

Françoise Collin cite Rosi Braidotti selon laquelle, pour une femme, « habiter la langue » est toujours « habiter plusieurs langues » en dehors même du colonisateur car la langue, ses codes, les institutions qui lui sont liées (Académie etc.) ont été établis par les hommes, pour les hommes, traduisant leur espace mental et fantasmatique.

En conclusion de mes lectures, je pourrais dire de manière un peu schématique que les romancières ou écrivaines ont investi l’écriture à  la fois pour se construire en tant que sujet et recouvrer une autonomie que la tradition leur a dénié, pour affirmer la dimension politique de l’égalité des sexes en réaction à l’oppression, et pour explorer des thématiques liées profondément à l’univers féminin (champ dans lequel les femmes ont été longtemps retranchées et qui a nourri leurs expériences, notamment les écrivaines des années 30), qu’elles sont aujourd’hui partagées entre la modernité représentée par l’Occident mais aussi l’ancien colonisateur, et la tradition qui représente les liens affectifs avec la famille et l’identité nationale véhiculés plus particulièrement par la langue arabe. Il y a également un autre mouvement qui apparaît ces dernières années et qui revendique le port du voile et l’appartenance à une culture traditionnelle fortement modelée par la religion musulmane (voir Jelila Behi  sans contrainte l’islam au féminin)

Certains auteurs mentionnaient dans les années quatre-vingt-dix, des problèmes de diffusion des œuvres littéraires en Tunisie (voir la littérature maghrébine d’expression arabe) mais aussi de censure. Il semble que la situation se soit considérablement amélioré, vingt ans après, notamment grâce à de  jeunes et dynamiques maisons d’éditions qui ont dans leur catalogue de nombreuses femmes auteurs. Les éditions Elyzad sont nées en 2005 à Tunis et ont pour projet de présenter des ouvrages d’une littérature « vivante, moderne et qui s’inscrit dans la diversité ». Elle ne néglige pas les réseaux sociaux, partenariats avec des blogs, qui ont contribué à la faire connaître.

Les romancières tunisiennes les plus citées :

  Noura Bensaad

Née à Salambô en Tunisie de père tunisien et de mère française, Noura Bensaad rédactrice Web après avoir été professeur de français et traductrice. Elle a publié aux éditions l’Harmattan : L’immeuble de la rue du Caire (roman, 2002) et Mon cousin est revenu (nouvelles, 2003). Son deuxième recueil de nouvelles Quand ils rêvent les oiseaux paraît aux éditions elyzad (2009).

Souad GUELLOUZ

née le 30 Décembre 1937 à Metline. 

Auteur de plusieurs ouvrages : La vie simple en 1957 (publié en 1975), « Les jardins du nord » en 1982, Myriam ou le rendez-vous de Beyrouth en 1998, ainsi que de nombreux poèmes, dont un recueil, en français avec sa traduction arabe, Comme un arc en ciel  Elle a obtenu le prix « France-Méditerranée » en 1983, à Paris, pour Les jardins du nord, Le Comar d’Or, à Tunis, pour « Myriam ou le rendez-vous de Beyrouth »

Azza Filali

Azza Filali est née en 1952. Elle est professeur de Gastro-entérologie à l’hôpital La Rabta à Tunis. Elle a par ailleurs obtenu un master en philosophie à l’université Paris-I en 2009.

Elle a publié des romans, des nouvelles et des essais :  Vingt ans plus tard  (Elyzad 2009), L’heure du cru (2009), Ouatann (2012)

romancières tunisiennes 2

Emna Belhaj Yahia

Elle est née à Tunis où elle vit encore aujourd’hui. A enseigné la philosophie pendant plusieurs années.

L’Étage invisible (Joëlle Losfeld / Cérès, 1997), Tasharej (Balland, 2000). Jeux de rubans (Elyzad 2011)

romancières tunisiennes3

Hélé Béji 

Ecrivain francophone tunisienne
Née à Tunis en 1948. Agrégée de lettres modernes, elle a enseigné la littérature à l’Université de Tunis avant de travailler à l’Unesco en tant que fonctionnaire internationale. Elle fonde le Collège international de Tunis en 1998.

Désenchantement national. Essai sur la décolonisation, (éd. François Maspéro, Paris, 1982) ; L’œil du jour, (éd. Maurice Nadeau, Paris, 1985, rééd. Cérès Productions, Tunis, 1993) ; Itinéraire de Paris à Tunis : satire, éd. Noël Blandin, Paris, 1992 ; L’art contre la culture : Nûba, éd. Intersignes, Paris, 1994 ;Dernières nouvelles de l’été, éd. Elyzad, Tunis, 2005 ;Une force qui demeure, éd. Arléa, Paris, 2006 ;Entre Orient et Occident. Juifs et musulmans en Tunisie, éd. de l’Éclat, Paris, 2007 ; Nous, décolonisés, éd. Arléa, Paris, 2008 ; Islam pride.  Derrière le voile, éd. Gallimard, Paris, 2011

       romancières tunisiennes 4

Fadhila Chebbi

Elle est née en 1946 à Tozeur, poétesse d’expression arabe. Elle a été professeur d’arabe pendant plus de trente ans. Son premier recueil s’intitule « Odeurs de la terre ». Elle reçoit en 1988 le prix Zoubeida B’chir pour la création littéraire en langue arabe ainsi qu’en 2 009 pour son recueilBourouk El Mata.

Mais elle a écrit aussi des nouvelles, romans et livres pour enfants.

Références :

Le site Internet le plus riche : www.limag.com

Littérature francophone. Tome 1 : Le Roman. Ouvrage collectif sous la direction de Charles Bonn et Xavier Garnier, Paris, Hatier et AUPELF-UREF, 1997

Jean Déjeux – La littérature féminine de langue française au Maghreb (Paris – Karthala – 1994)

La question du droit des femmes en Tunisie par Abir Krefa

Corps et sexualité chez les romancières tunisiennes :Enjeux de reconnaissance, coûts et effets des « transgressions » par Abir Krefa

Des femmes et de l’écriture das le bassin méditerranéen

« Qu’il soit prise directe avec soi-même pour compenser des manques, ou affrontement avec les mots, ou même dénonciation d’un ordre établi, le roman écrit par des femmes est une mise à feu, un règlement de compte avec un monde créé par l’homme aux mesures de l’homme qui a inventé la guerre, hérissé la planète de barbelés et fait croire à la femme qu’elle n’a pas de valeur en dehors de lui. »

 

des-femmes-et-de-lecriture-le-bassin-mediterraneen

 

Résumé de l’éditeur

 

Le pouvoir de l’écriture qui soulève le problème du rapport des sexes sera une compensation à un pouvoir politique féminin souvent absent sur les deux rives de la Méditerranée, en particulier sur la rive Sud. Des littéraires, linguistes, philosophes, psychologues, sociologues, anthropologues, juristes, et journalistes ont examiné et analysé dans des approches pluridisciplinaires l’écriture des femmes du bassin méditerranéen donnant aux lecteurs et lectrices qui s’interrogent sur le sujet des outils de réflexion qui leur permettront d’alimenter leur propre travail. Un ouvrage dirigé par Carmen Boustani et Edmond Jouve.

Paroles de femmes : Sahar Khalifa

Sahar Khalifa portrait

As a female writer, I believe that I was able to really dig into different aspects of Palestinian society. Few men can do likewise, because when you look into a mirror you do not want to see how ugly you are. You do not want to see the dimension of things. Men are not used to taking a brave look at things that might hurt their soul. A woman on the other hand, is different. This is because of her education, and how she is raised as a marginal being and an outsider. She is accustomed to look at things not in a glorified manner, but in a more realistic one. However, this does not mean that all women writers see this reality. Several neglect their unprivileged role in society and ignore in the process all marginal people, because they think that they are leaders and have become part of the elite. A woman writer has to have feminist awareness not an ideology. Middle class people can afford to sit and write anything and produce beautiful pieces, but unfortunately this is not the reality of our society. 

En tant que femme qui écrit, je pense avoir été capable de creuser les différents aspects de la société palestinienne. Peu d’hommes ont pu faire la même chose, parce quand vous vous regardez dans un miroir, vous n’avez pas envie de voir combien vous êtes laid. Vous ne voulez pas voir la réalité des choses. Les hommes n’ont pas le courage de regarder en face les choses qui pourraient les blesser. Une femme est tout à fait différente. Cela est dû à son éducation, à la façon dont elle est marginalisée, considérée comme une outsider. Elle a l’habitude de voir les choses comme elles sont, dans leur trivialité. Cependant , cela ne veut pas dire que toutes les femmes écrivains voient cette réalité. Beaucoup ne tiennent pas compte de leur rôle mineur dans la société, et du coup ignorent les marginaux, parce qu’elles pensent qu’elle font partie de l’élite, de ceux qui décident. Une femme écrivain doit avoir une conscience féministe sans s’enfermer dans une idéologie. Les gens de la classe moyenne peuvent se permettre de s’assoir et  d’écrire tout ce qu’ils veulent et créer de belles choses, mais malheureusement ce n’est pas la réalité de notre société.

extrait d’une interview donnée The Star, Jordania, 1998 Interview

Féminismes – La littérature et les femmes au Japon

féminismes

« Au Japon les femmes ont grandement contribué à l’élaboration de la littérature classique aux environs de l’an mille. Après une longue éclipse, ce n’est en revanche qu’à l’époque moderne qu’elles réapparaissent et transforment à nouveau le paysage littéraire de leur pays. Comment brisèrent-elles ce silence ? En abordant quels thèmes et en faisant face à quel type de fonctionnement social et moral ? Peut-on lire dans l’évolution de la littérature féminine le reflet de l’évolution de la condition féminine ? Est-il possible de dégager une tendance générale chez les auteurs femmes d’aujourd’hui ? Cet article examine chronologiquement (de 1868 à nos jours) ces différents points. Il s’ouvre et se referme sur une réflexion concernant la notion de « littérature féminine » au Japon. »

 

Claire Dodane « Femmes et littérature au Japon », Cahiers du Genre 3/2006 (HS n° 1), p. 197-218.
URL : www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2006-3-page-197.htm.

Les femmes dans les écrits de Jane Bowles

Bowles jane

Les femmes borderline et désaxées de Jane Bowles

 


 

Qui était Jane Bowles ?

 

 

Jane Bowles était la femme de Paul Bowles avec lequel elle forma un couple assez atypique. En effet, tout en étant mariés, ils avaient des aventures homosexuelles chacun de leur côté.

 

Elle fit une chute de cheval lorsqu’elle était enfant  dont elle garda des séquelles sa vie durant et atteinte de tuberculose, séjourna à plusieurs reprises dans des sanatoriums.

 

C’est en 1938 qu’elle épousa Paul Bowles (célèbre auteur de « Un thé au Sahara »).

 

Ils voyagèrent beaucoup d’abord en Amérique centrale, à Ceylan, puis se fixèrent à Tanger.

 

Elle publia un unique roman, « Deux dames sérieuses » qui fut fraîchement reçu par la critique à cause des thèmes assez dérangeants pour l ‘époque.

 

Très instable psychologiquement, malade, en proie à des angoisses profondes, elle fit plusieurs séjours en hôpital psychiatrique.  Elle publia une pièce de théâtre « In the summer house » en 1954, et deux recueils de nouvelles « Plaisirs paisibles (1966) et « Other stories » en 1969. Une partie de ses lettres furent aussi publiées en 1985.

 

Elle fut l’amie de Tennessee Williams, Truman Capote et Carson McCullers qui les premiers reconnurent son talent.

 

Elle mourut en 1973.

 

De nombreuses femmes de lettres de cette première moitié du XXe siècle furent en proie à l’angoisse et à la maladie :Virginia Woolf (1882-1941 qui dut subir de fréquentes hospitalisations), Violette Leduc (1907-1972) qui souffrit de tendances maniaco-dépressives, Sylvia Plath (1932-1963) qui finit par se suicider ,et  Unica Zürn (1916-1970) qui souffrit de dépression nerveuse et de crise schyzophrénique….

 

Comme si cet état de déséquilibre nécessaire à la création, la perte momentanée d’assise, conjuguée à la difficulté d’exister en tant que femme et écrivain  conduisaient les personnalités les plus fragiles à la folie…

Ces femmes qui écrivent Elisabeth Seys / De Mme de Sévigné à Annie Ernaux

ces-femmes-qui-ecrivent-

« Un passionnant parcours littéraire et historique constitué de 12 portraits de femme écrivain.

La parole féminine a longtemps été maudite. Pour oser écrire « je », les femmes ont donc dû vaincre des obstacles intimement liés à leur condition dans la société.

À l’aube des temps modernes, les premières à prendre la parole furent Christine de Pizan, Marguerite de Navarre puis Mme de Sévigné, ouvrant l’espace où une écriture féminine sera possible. Plus tard, conscientes des problèmes de leurs contemporains, Mme Roland, Flora Tristan et même George Sand ont défini l’engagement au féminin à travers une écriture de l’action et de la revendication. À l’inverse, c’est non à la condition de la femme citoyenne mais à celle de la femme artiste que s’attachèrent Mme de Staël et Colette, qui toutes deux, à des époques différentes, eurent à souffrir des préjugés auxquels était confronté leur sexe… C’est contre ces préjugés que s’est insurgée très jeune Simone de Beauvoir : elle créa les conditions de possibilité d’une autre conception de la femme. Issues de cette nouvelle pensée, Marguerite Duras vit dans la féminité la transgression, Marguerite Yourcenar une simple qualité de l’être humain. Enfin, de nos jours, Annie Ernaux déplace la question de la féminité du terrain des disputes partisanes vers celui d’une sociologie capable de penser les femmes telles qu’en elles-mêmes : dans leur insaisissable originalité.

Proposant une lecture à la fois historique et littéraire de l’œuvre autobiographique de ces douze femmes, l’auteur interroge le lien entre condition et écriture féminine. Son analyse précise et sensible nous fait revivre leur époque, découvrir des textes parfois méconnus et appréhender d’un œil neuf le parcours de ces brillantes femmes de lettres. » Présentation de l’éditeur reproduction avec l’accord de l’éditeur

Présentation de l’auteur

Agrégée, docteur ès Lettres, Élisabeth Seys enseigne dans des établissements de la région parisienne. Elle poursuit dans le même temps un travail de recherche portant essentiellement sur l’écriture moderne et le statut des femmes.

D’autres sujets d’étude de l’auteur :

Violette Leduc et Jean Genet:

poétiques du désastre                (ANRT. Atelier national de reproduction des thèses, 2005 – 523 pages)

Violette Le Duc au jour le jour

Colette, un génie féminin ? Julia Kristeva

Colette, un génie féminin

Elle est née en Bulgarie, travaille et vit en France depuis 1966. Linguiste, sémiologue, psychanalyste, écrivain, elle est professeur à l’Institut universitaire de France (classe exceptionnelle, 1999), professeur émérite à l’Université Paris 7 – Denis Diderot, et enseigne dans l’UFR de Lettres, en se consacrant tout particulièrement à la littérature du XXe siècle. Elle est, par ailleurs, membre titulaire de la Société Psychanalytique de Paris, et membre du groupe des personnalités qualifiées de la section des relations extérieures du Conseil économique et social.
Elle enseigne régulièrement à l’Université de Columbia et à la Newschool à New York, à l’Université de Toronto, ainsi que dans d’autres universités aux Etats-Unis et en Europe. Ses livres sont tous traduits en anglais par Columbia University Press. (source : France Culture)

Julia Kristeva achève avec Colette (1873-1954) son triptyque consacré au “génie féminin”,  après Hannah Arendt (1906-1975) et  la psychanalyste Melanie Klein (1882-1960).

Pourquoi ce terme de“Génie féminin” ? Le génie dispenserait-il de la somme d’efforts et de travail que nécessite une œuvre ? Serait-il un destin pour certains au détriments d’autres ? Le génie s’attrape-t-il ? Julia Kristeva explique qu’il ne s’agit pas de sous-évaluer les déterminismes de l’Histoire , de la condition féminine ou des conditions sociales propres à une époque-mais de montrer comment ces femmes ont dépassé leur statut, et fait fi de leur condition pour réaliser leur liberté. Leurs destinées, malgré les soubresauts de l’histoire sont d’abord individuelles et singulières, accomplies dans l’urgence et la nécessité de la création.

C’est le postulat de départ avec lequel on peut être en désaccord, estimant que Colette, comme d’autres, fut d’abord l’enfant de son siècle. Julia Kristeva ne le conteste pas , elle entend le génie comme étant celui de chacun : « Chacun a son génie, car chacun a sa singularité. »

Julia Kristeva est écrivain, psychanalyste, professeur à l’institut universitaire de France et auteur de nombreux ouvrages traduits dans plusieurs pays.

Colette souffre encore aujourd’hui de l’image d’un écrivain un peu désuet, symbole d’une France surannée.  Cela est peut-être dû en partie à ses positions antiféministes puisqu’elle déclarait à Paris-Théâtre , le 22 janvier 1910  :

« Moi féministe ? Ah !non ! Les suffragettes me dégoûtent. Et si quelques femmes en France s’avisent de les imiter,  j’espère qu’on leur fera comprendre que ces mœurs-là n’ont pas cours en France. Savez-vous ce qu’elles méritent les suffragettes ? Le fouet et le harem ! »

A côté d’une Simone de Beauvoir, qui fut très engagée dans la modernité et dans le combat féministe, Colette apparaît en retrait, comme déconnectée des débats de son temps, elle qui fut et vécut en femme libre. Cet aspect se trouve renforcé également  par son « indifférence » politique et son comportement pendant la seconde guerre mondiale, puisque qu’elle collabora à des journaux tels que le Petit Parisien, pétainiste et collaborationniste et également à Gringoire qui se situait également à l’extrême droite de l’échiquier politique(pages 64,65). Ce qu’on lui reprocha amplement.

Julia Kristeva l’explique par son rapport à l’art et à l’écriture autant que son rapport à la mère, l’un étant indissociable de l’autre.

Car dit Julia Kristeva, Colette n’est pas une intellectuelle, qui tient son objet suffisamment à distance pour le connaître, mais elle est plutôt sur le mode de la « sublimation », s’appropriant l’objet maternel, dans un détachement de la pensée, une « immersion dans la sensorialité de la langue » p 59.

«  Je sais bien que je perds maman, dit-elle, mais je ne suis pas pressée de la quitter. Je veux éprouver le fonds de fusion/destruction qui nous lie, je veux sentir ses charmes et ses brûlures ; et si m’en détacher un jour, ce ne sera jamais qu’en saturant de saveurs, de parfums  et de sons ce souvenir qui nous contient et qui passe par notre langage commun, devenu ainsi seulement une parole sensible ».

Cette fusion ne permet pas la distance de l’intellect mais une autre voie par l’art et le style. Une réappropriation de ce qui est ou semble perdu. Enfin ceci est mon interprétation personnelle.

Ainsi dans ses expériences homosexuelles, Colette  inclura la rencontre avec la figure maternelle, en faisant une « jouissance féminine secrète, à objets interchangeables, éperdue d’innocence et de solitude qui la fascine. P 41 » La jouissance de l’écriture est une jouissance autre, qui s’organise et se ramifie à partir de la jouissance sexuelle elle-même ou de la libido, mais qui est au cœur de toute création, où la personne est « tous les sexes » et sujet de  toutes les sensations qui la traversent.

Si Colette n’est pas sensible à la géopolitique, elle est sensible aux destins individuels à travers l’histoire politique, aux drames humains. Et si elle se détourne du féminisme à l’époque, c’est peut-être qu’elle a conscience de la possibilité d’une surcharge  pour la femme émancipée ou la femme politique, qui  conduit beaucoup de femmes aujourd’hui à vivre exténuées et dépressives, assumant et voulant tout mais sans être déchargée pour autant des tâches que la société leur a attribuées depuis des siècles. Une femme toujours belle et disponible, enceinte et sexy ( ! entre le fourneau et la table à repasser). Ce que dit Colette peut-être, c’est qu’avant de changer de statut, il faut affranchir le sujet « femme », à travers sa créativité et son imagination, et l’inscrire dans une pluralité de liens. Le couple n’est peut-être pas sa destinée, ni l’amour…

Le plaisir de vivre est pour Colette un plaisir des sens et un plaisir des mots ; il ouvre aux femmes de larges horizons, ne les cantonne en aucun lieu, et ne les destine à personne… Colette est écrivain et femme et  appartient aussi à la culture du paraître de son temps. Sa carrière de mime et de comédienne, lui a donné à mon avis, cette première expérience du texte qui prend corps, qui est le corps et invente notre modernité.

Critique par Eva Domeneghini

  Julia Kristeva est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, romans et essais parmi lesquels : Étrangers à nous-mêmes (Fayard, 1988), Les Samouraïs (Gallimard, 1992), Les Nouvelles Maladies de l’âme (Fayard, 1993), Possession (Fayard, 1996), Sens et non-sens de la révolte (Fayard, 1996), La Révolte intime (Fayard, 1997), Le Génie féminin : Hannah Arendt, tome 1 (Fayard, 1999), Melanie Klein, tome 2 (Gallimard, 2003), Colette, tome 3 (Fayard, 2002), La Haine et le Pardon (Fayard, 2005), Meurtre à Byzance (Fayard, 2004), Pouvoirs et limites de la psychanalyse, tomes I, II, III (Fayard, 1996/1997/2005), Seule, une femme (éditions de l’Aube, 2007), Colette : un génie féminin (éditions de l’Aube, 2007), Cet incroyable besoin de croire (Bayard, 2007).

Salon du livre 2011 – Le monde de l’édition est-il misogyne ? C’est la question à laquelle ont tenté de répondre Laure Limongi (éditrice), Joy Sorman (auteur), Nathalie Lacroix (libraire), Jean-Marc Roberts (éditeur), Christine Détrez (sociologue) en partenariat avec Causette.

Le monde de l’édition est-il misogyne ? C’est la question à laquelle ont tenté de répondre Laure Limongi (éditrice), Joy Sorman (auteur), Nathalie Lacroix (libraire), Jean-Marc Roberts (éditeur), Christine Détrez (sociologue) en partenariat avec Causette.

« Le milieu littéraire est-il misogyne ?

Compte rendu du débat mars 2011 Salon du Livre de Paris
En apparence le monde littéraire est un des moins misogynes qui soit, les femmes y sont très présentes, que ce soit dans l’édition ou parmi les auteurs. A y regarder de plus près les choses sont un peu plus compliquées et la répartition des rôles pas toujours égale. Quelles places occupent les uns et les autres? Quel prestige, quelle reconnaissance, quelle image? Les femmes ont-elles vraiment une place privilégiée dans le monde littéraire, ou au contraire un rôle assigné, délimité, contraignant? Autant de questions que ce débat vise à soulever. »
Les femmes sont très présentes dans le monde de l’édition et représente la majorité des salariés. Pourtant quel rôle jouent-elles, est-il délimité à certaines taches ou à certains postes, quelle place occupent-elles dans la hiérarchie ?

A vrai dire, la misogynie est plutôt moins présente dans le milieu de l’édition que dans d’autres milieux mais il faut envisager plusieurs niveaux de différenciation. Si il y a plus de femmes que d’hommes qui écrivent, ce quotient s’inverse au sommet de la pyramide. Les postes à responsabilité qui déterminent les choix en matière de publication ou de ligne éditoriale sont détenus par des hommes. Ainsi, les auteurs masculins obtiennent davantage de prix littéraires, observe Christine Détrez.

Joy Sorman ajoute qu’il y a un processus de non-prise de parole des femmes qui s’autocensurent. D’une part, on peut remarquer qu’il y a une partition de genre et que l’autofiction est davantage « fabriqué » par les femmes, la sphère du privé étant le domaine qui leur est plus particulièrement réservé. D’autre part, il y aurait des sujets plus spécifiquement féminins, ainsi peu de femme écrivent sur le rap.

L’écriture est aussi conditionnée par le public auquel elle s’adresse. La Chick-litt est destinée aux filles mais relève davantage selon Joy Sorman d’un phantasme d’éditeur masculin et de représentations commerciales. Les lecteurs et les lectrices s’amusent aussi à brouiller les pistes, et la littérature manga  dans sa catégorie destinée plus spécifiquement aux garçons est aussi beaucoup lue par les filles. La réception des œuvres, en fait, n’est pas aussi séparée que cela.

Jean-Marc Roberts (éditeur) raconte qu’ Annie Ernaux et Christine Angot sont appelées par leur prénom alors qu’il ne viendrait à l’idée de personne de faire la même chose pour un auteur masculin.

Des tentatives ont été faites de recruter à parité hommes et femmes sur des postes à responsabilité mais on s’est aperçu au fur et à mesure que seuls les hommes restaient. Les femmes n’étaient pas là au moment des promotions parce qu’elles avaient des enfants et ne trouvaient pas de relais dans leur vie familiale ou sociale (manque de crèches ?)

Christine Détrez (sociologue) indique également qu’il est très difficile pour des étudiantes de mener une thèse sur le genre car les professeurs habilités, en majorité des hommes ne sont pas intéressés par ce genre de sujet. Il y a eu également la crainte chez les chercheurs qu’à investir des travaux sur le genre, on ne laisse de côté les inégalités sociales. Ce n’est pas la même chose d’être une femme de milieu aisé ou de milieu populaire.

Nathalie Lacroix (libraire) du comptoir des mots souligne qu’il a fallu attendre 5 ans pour que le livre de Judith Butler, Trouble gender soit traduit en français. Et aujourd’hui le genre est un sujet plutôt travaillé par des femmes. Dans le domaine de la librairie, si les employées sont surtout des femmes, les patrons sont des hommes et les éditeurs sont des hommes dans la grande majorité des cas.

Peut-être alors faut-il mettre la pression.

Laure Limongi (éditrice) pense que malgré tout les choses avancent, qu’un changement se fait et que nous sommes sur la bonne voie.

Les femmes ne doivent pas se cantonner à un domaine, elles doivent investir tous les domaines où sont les hommes. C’est pourquoi une démarche comme celle du Chèvrefeuille étoilé qui n’édite que des femmes est plutôt une ghettoïsation.

Jean-marc Roberts avoue qu’il ne fait pas attention au genre quand il publie un livre. Ce qui compte c’est le contenu. Il est contre l’idée de quotas

Joy Sorman souligne que l’histoire du féminisme est récente , 40 ans à peu près et qu’eu égard à cette très courte histoire, on a beaucoup avancé depuis Virginia Woolf et « Une chambre à soi ».

Le journaliste de Causette conclut en disant que leur équipe est pour un féminisme joyeux qui favorise un retour des uns avec les autres et je suis d’accord avec lui.

Des femmes en littérature – Martine Reid

des-femmes-en-littérature-Martine-Reid

j'aime un peu, bc, passiontj'aime un peu, bc, passiontj'aime un peu, bc, passiontj'aime un peu, bc, passiontj'aime un peu, bc, passiont

Je me rends compte aujourd’hui que je ne me suis jamais demandé pourquoi j’étudiais uniquement les œuvres d’auteurs masculins à l’école et que pratiquement aucun nom d’auteur féminin ne me venait à l’esprit quand je considérais les siècles passés. Je pensais certainement comme beaucoup que les femmes avaient très peu écrit à cause de leur condition qui le leur interdisait et du manque d’éducation. Il fallait attendre la libération des femmes et Simone de Beauvoir  pour que les femmes aient pleinement accès à l’écriture.

Je comprends aujourd’hui que l’effacement progressif des femmes dans l’histoire littéraire a été un acte politique au sein de sociétés où des rapports de domination s’exerçaient au détriment des femmes.

Simone de Beauvoir elle-même méconnaît cette histoire, considérant que l’exercice de la littérature est essentiellement masculin et que les femmes avant de prétendre être les égales des hommes dans ce domaine doivent se libérer de leurs servitudes (les tâches domestiques, la maternité, etc). Sa position universaliste lui interdit l’exploration et la réflexion sur le genre comme condition d’accès à la littérature. Elle ne cherche pas à déconstruire les concepts, à envisager leur phallocentrisme.

Ce n’est que dans les années 70 avec Hélène Cixous et Luce Irigaray que l’écriture sera interrogée dans son rapport au corps féminin, non pour l’y circonscrire mais pour en transcender les limites. Grâce aux études anglo-saxonnes, l’histoire des femmes sera réévaluée dans tous les domaines de la création. Il ne s’agit pas de chercher une écriture propre aux femmes mais de comprendre comment leur histoire et leur condition a influé non seulement sur leur création mais aussi sur la réception de leurs œuvres et comment ces œuvres ont été marginalisées.

Mais pour cela fallait-il encore que les femmes écrivissent, ce qui n’était pas évident tant on les en décourageait. D’ailleurs les rares femmes qui écrivaient étaient au XVIIe des nobles puisque seules celles-ci avaient reçu une éducation qui même si elle était relativement pauvre dans les couvents de l’époque ne leur en donnait pas moins les rudiments de la lecture et de l’écriture. Celles qui avaient cette prétention subissaient la pression symbolique de toute une société patriarcale qui considérait que non seulement les femmes n’avaient ni suffisamment d’esprit ni assez d’éducation pour le faire mais qu’elles risquaient à cause de leur activité littéraire abandonner leurs tâches domestiques et négliger leur foyer et leurs enfants. Elles devenaient ainsi des putains et des monstres.

Mme de Staël le remarque déjà, les femmes risquent « se distraire de leurs devoirs naturels et entrer en rivalité avec les hommes. »

Une femme doit savoir rester à sa place et être digne des qualités propres à son sexe : pudeur, réserve et discrétion et ne pas devenir une sorte de prostituée par la publicité qui est offerte à son nom lorsqu’elle devient auteure.

Il s’agit de maintenir les femmes dans le domaine étroit de la vie domestique. Certains proposeront même au lendemain de la Révolution de les empêcher d’apprendre à lire. L’espace littéraire se définit ainsi comme un champ de forces dans lequel jouent à plein des rapports de domination et de sujétion.

Mais lorsque les femmes malgré toutes les pressions qu’elles subissent s’obstinent à écrire, une autre stratégie consiste à les cantonner dans des styles et des genres qui les empêchent de rivaliser vraiment avec les hommes.

Des tentatives sont ainsi faites de définir une écriture féminine ou des genres dans lesquels la femme auteure excellerait du fait de sa nature. Les femmes auteures elles-même vont dans ce sens comme Germaine de Staël qui remarque que les femmes excellent dans les œuvres d’imagination et la peinture des sentiments.

Ainsi c’est entendu depuis le milieu du XVIIe siècle, les caractéristiques naturelles de la femme, sa vivacité, sa mobilité, sa sentimentalité et son goût du détail impriment à son écriture les caractères indélébiles de son sexe !

Une chambre à soi – Virginia Woolf

une chambre à soi

jaime-adoréjaime-adoréjaime-adoréjaime-adoréjaime-adoré

Virginia Woolf – Une chambre à soi – Denoël 1977

En 1928, chargée de faire l’ouverture d’une conférence sur le féminisme en traitant du thème « Les femmes et le roman », Virginia Woolf évoque dans ce court pamphlet, comment les femmes, placées sous la dépendance spirituelle et économique des hommes, ont été empêchées d’écrire.

Dans ce livre, on entend véritablement la voix de Virginia Woolf. Peut-être parce qu’il a été écrit pour être dit et possède de ce fait une oralité propre. Une voix vibrante, exaspérée parfois, ironique. Une voix bouleversante et quelquefois prophétique. Un texte qui redonne sa mémoire aux femmes, qui les lie à cette lignée d’ancêtres, à cette longue lignée de femmes épouses, ménagères, filles, mères,  et qui ne furent  rien d’autre que cela.

Elle imagine parcourir les rayons d’une bibliothèque à d’Oxbridge, lieu imaginaire, où seuls les étudiants et les professeurs ont le droit de marcher sur la pelouse, les femmes devant se contenter du gravier. Et elle témoigne de sa propre colère devant les déclarations de ce professeur qui encore en son temps stipulent que les femmes sont intellectuellement, moralement et physiquement inférieures aux hommes. Elle s’interroge : pourquoi cet homme est-il ainsi en colère contre les femmes ? S’il insiste ainsi sur leur infériorité, n’est-ce pas pour prouver sa propre supériorité et ainsi établir son autorité ? Et la femme n’est-elle pas ce miroir indispensable dans lequel il peut contempler son incontestable supériorité ?

Accéder à l’égalité des droits et des statuts est se libérer de cette tutelle qui vous assigne à la seule fonction de miroir pour devenir soi-même maître de sa vie et de ses choix. Pour cela, les femmes doivent accéder à l’indépendance économique et financière qui permet de décider des orientations de sa propre existence. Une femme qui veut écrire doit posséder les moyens d’assurer sa subsistance pendant qu’elle écrit et qu’elle n’est pas encore publiée. Elle doit aussi posséder une chambre à elle, un lieu où elle peut se réfugier pour travailler sans être interrompue. D’ailleurs, elle explique que c’est une des causes de la prédilection des femmes pour le roman : on peut l’écrire dans une pièce commune, où l’on vous interrompt fréquemment car son écriture nécessite moins de concentration que la rédaction d’un essai.

Elle remarque que si les personnages féminins envahissent la littérature écrite par les hommes, les femmes, elles, sont étrangement absentes de l’Histoire. On n’a pratiquement aucun témoignage des femmes avant le XVIIIe siècle car elles n’écrivaient ni poèmes, ni mémoires, à peine quelques lettres. Il n’existe pas non plus, regrette-t-elle, d’Histoire des femmes qui pourrait nous renseigner sur les conditions d’existence de ces dernières mais ce qui est sûr c’est qu’elles étaient et mariées  et assujetties très tôt à tous les travaux domestiques.

Les quelques femmes qui auraient voulu se révolter et assumer une vie libre, n’auraient pas résisté à la pression psychologique, au déchirement, à la solitude, à la réprobation sociale et à l’exclusion qui en découle. Les femmes devaient se battre contre l’image qu’on leur renvoyait d’elles-mêmes car dès leur berceau, on leur assenait qu’elles étaient inférieures, qu’elles ne pouvaient faire ni ceci, ni cela. Comment être assuré de soi-même et de ses capacités dans ces conditions ?

Les femmes ont pu commencer à devenir des écrivains à part entière quand elles ont pu gagner de l’argent en étant publiées. C’est ainsi que Jane Austen et Emily Brontë purent écrire. Elles le firent à leur manière, comme écrivent les femmes,  dit Virginia Woolf et non comme des hommes. Elles furent sourdes aux conseils qui disaient aux femmes ce qu’il fallait écrire et comment. Virginia Woolf pense à son époque que l’esprit d’une femme est différent de celui d’un homme, bien qu’ils soient égaux en dignité et en valeur. Elle utilise la métaphore de l’allure et de la démarche. Ce que l’on vit, les épreuves que l’on traversent, travaillent l’esprit différemment, comme l’eau travaille le lit de la rivière. En ce sens,  il  y a bien une écriture féminine. Non qu’elle soit d’une essence différente mais seulement parce qu’elle est travaillée de l’intérieur par des sensations, des expériences intérieures, et des conditions de vie différentes. Elle a une vision parfois différente et élargie parce que ses expériences lui ouvrent des champs de possibles différents.

Mais il y a fort à parier que lorsque les femmes auront leur liberté de mouvement, elles répartiront différemment leurs ressources et leur énergie, et écriront différemment. Mais en femme de son temps, elle insiste plus sur les différences que sur les ressemblances et en matière d’éducation se révèle très conservatrice.

Les choses changent cependant, et il sûr qu’un jour les femmes pourront bénéficier d’une indépendance intellectuelle parce qu’elles accèderont à l’indépendance matérielle. Et Virginia Woolf prophétise : « Logiquement elles participeront à toutes les activités, à tous les emplois qui leur étaient refusés autrefois. » Elles auront alors une chambre à soi, où elles pourront écrire.