Ces femmes qui écrivent Elisabeth Seys / De Mme de Sévigné à Annie Ernaux

ces-femmes-qui-ecrivent-

« Un passionnant parcours littéraire et historique constitué de 12 portraits de femme écrivain.

La parole féminine a longtemps été maudite. Pour oser écrire « je », les femmes ont donc dû vaincre des obstacles intimement liés à leur condition dans la société.

À l’aube des temps modernes, les premières à prendre la parole furent Christine de Pizan, Marguerite de Navarre puis Mme de Sévigné, ouvrant l’espace où une écriture féminine sera possible. Plus tard, conscientes des problèmes de leurs contemporains, Mme Roland, Flora Tristan et même George Sand ont défini l’engagement au féminin à travers une écriture de l’action et de la revendication. À l’inverse, c’est non à la condition de la femme citoyenne mais à celle de la femme artiste que s’attachèrent Mme de Staël et Colette, qui toutes deux, à des époques différentes, eurent à souffrir des préjugés auxquels était confronté leur sexe… C’est contre ces préjugés que s’est insurgée très jeune Simone de Beauvoir : elle créa les conditions de possibilité d’une autre conception de la femme. Issues de cette nouvelle pensée, Marguerite Duras vit dans la féminité la transgression, Marguerite Yourcenar une simple qualité de l’être humain. Enfin, de nos jours, Annie Ernaux déplace la question de la féminité du terrain des disputes partisanes vers celui d’une sociologie capable de penser les femmes telles qu’en elles-mêmes : dans leur insaisissable originalité.

Proposant une lecture à la fois historique et littéraire de l’œuvre autobiographique de ces douze femmes, l’auteur interroge le lien entre condition et écriture féminine. Son analyse précise et sensible nous fait revivre leur époque, découvrir des textes parfois méconnus et appréhender d’un œil neuf le parcours de ces brillantes femmes de lettres. » Présentation de l’éditeur reproduction avec l’accord de l’éditeur

Présentation de l’auteur

Agrégée, docteur ès Lettres, Élisabeth Seys enseigne dans des établissements de la région parisienne. Elle poursuit dans le même temps un travail de recherche portant essentiellement sur l’écriture moderne et le statut des femmes.

D’autres sujets d’étude de l’auteur :

Violette Leduc et Jean Genet:

poétiques du désastre                (ANRT. Atelier national de reproduction des thèses, 2005 – 523 pages)

Violette Le Duc au jour le jour

Colette, un génie féminin ? Julia Kristeva

Colette, un génie féminin

Elle est née en Bulgarie, travaille et vit en France depuis 1966. Linguiste, sémiologue, psychanalyste, écrivain, elle est professeur à l’Institut universitaire de France (classe exceptionnelle, 1999), professeur émérite à l’Université Paris 7 – Denis Diderot, et enseigne dans l’UFR de Lettres, en se consacrant tout particulièrement à la littérature du XXe siècle. Elle est, par ailleurs, membre titulaire de la Société Psychanalytique de Paris, et membre du groupe des personnalités qualifiées de la section des relations extérieures du Conseil économique et social.
Elle enseigne régulièrement à l’Université de Columbia et à la Newschool à New York, à l’Université de Toronto, ainsi que dans d’autres universités aux Etats-Unis et en Europe. Ses livres sont tous traduits en anglais par Columbia University Press. (source : France Culture)

Julia Kristeva achève avec Colette (1873-1954) son triptyque consacré au “génie féminin”,  après Hannah Arendt (1906-1975) et  la psychanalyste Melanie Klein (1882-1960).

Pourquoi ce terme de“Génie féminin” ? Le génie dispenserait-il de la somme d’efforts et de travail que nécessite une œuvre ? Serait-il un destin pour certains au détriments d’autres ? Le génie s’attrape-t-il ? Julia Kristeva explique qu’il ne s’agit pas de sous-évaluer les déterminismes de l’Histoire , de la condition féminine ou des conditions sociales propres à une époque-mais de montrer comment ces femmes ont dépassé leur statut, et fait fi de leur condition pour réaliser leur liberté. Leurs destinées, malgré les soubresauts de l’histoire sont d’abord individuelles et singulières, accomplies dans l’urgence et la nécessité de la création.

C’est le postulat de départ avec lequel on peut être en désaccord, estimant que Colette, comme d’autres, fut d’abord l’enfant de son siècle. Julia Kristeva ne le conteste pas , elle entend le génie comme étant celui de chacun : « Chacun a son génie, car chacun a sa singularité. »

Julia Kristeva est écrivain, psychanalyste, professeur à l’institut universitaire de France et auteur de nombreux ouvrages traduits dans plusieurs pays.

Colette souffre encore aujourd’hui de l’image d’un écrivain un peu désuet, symbole d’une France surannée.  Cela est peut-être dû en partie à ses positions antiféministes puisqu’elle déclarait à Paris-Théâtre , le 22 janvier 1910  :

« Moi féministe ? Ah !non ! Les suffragettes me dégoûtent. Et si quelques femmes en France s’avisent de les imiter,  j’espère qu’on leur fera comprendre que ces mœurs-là n’ont pas cours en France. Savez-vous ce qu’elles méritent les suffragettes ? Le fouet et le harem ! »

A côté d’une Simone de Beauvoir, qui fut très engagée dans la modernité et dans le combat féministe, Colette apparaît en retrait, comme déconnectée des débats de son temps, elle qui fut et vécut en femme libre. Cet aspect se trouve renforcé également  par son « indifférence » politique et son comportement pendant la seconde guerre mondiale, puisque qu’elle collabora à des journaux tels que le Petit Parisien, pétainiste et collaborationniste et également à Gringoire qui se situait également à l’extrême droite de l’échiquier politique(pages 64,65). Ce qu’on lui reprocha amplement.

Julia Kristeva l’explique par son rapport à l’art et à l’écriture autant que son rapport à la mère, l’un étant indissociable de l’autre.

Car dit Julia Kristeva, Colette n’est pas une intellectuelle, qui tient son objet suffisamment à distance pour le connaître, mais elle est plutôt sur le mode de la « sublimation », s’appropriant l’objet maternel, dans un détachement de la pensée, une « immersion dans la sensorialité de la langue » p 59.

«  Je sais bien que je perds maman, dit-elle, mais je ne suis pas pressée de la quitter. Je veux éprouver le fonds de fusion/destruction qui nous lie, je veux sentir ses charmes et ses brûlures ; et si m’en détacher un jour, ce ne sera jamais qu’en saturant de saveurs, de parfums  et de sons ce souvenir qui nous contient et qui passe par notre langage commun, devenu ainsi seulement une parole sensible ».

Cette fusion ne permet pas la distance de l’intellect mais une autre voie par l’art et le style. Une réappropriation de ce qui est ou semble perdu. Enfin ceci est mon interprétation personnelle.

Ainsi dans ses expériences homosexuelles, Colette  inclura la rencontre avec la figure maternelle, en faisant une « jouissance féminine secrète, à objets interchangeables, éperdue d’innocence et de solitude qui la fascine. P 41 » La jouissance de l’écriture est une jouissance autre, qui s’organise et se ramifie à partir de la jouissance sexuelle elle-même ou de la libido, mais qui est au cœur de toute création, où la personne est « tous les sexes » et sujet de  toutes les sensations qui la traversent.

Si Colette n’est pas sensible à la géopolitique, elle est sensible aux destins individuels à travers l’histoire politique, aux drames humains. Et si elle se détourne du féminisme à l’époque, c’est peut-être qu’elle a conscience de la possibilité d’une surcharge  pour la femme émancipée ou la femme politique, qui  conduit beaucoup de femmes aujourd’hui à vivre exténuées et dépressives, assumant et voulant tout mais sans être déchargée pour autant des tâches que la société leur a attribuées depuis des siècles. Une femme toujours belle et disponible, enceinte et sexy ( ! entre le fourneau et la table à repasser). Ce que dit Colette peut-être, c’est qu’avant de changer de statut, il faut affranchir le sujet « femme », à travers sa créativité et son imagination, et l’inscrire dans une pluralité de liens. Le couple n’est peut-être pas sa destinée, ni l’amour…

Le plaisir de vivre est pour Colette un plaisir des sens et un plaisir des mots ; il ouvre aux femmes de larges horizons, ne les cantonne en aucun lieu, et ne les destine à personne… Colette est écrivain et femme et  appartient aussi à la culture du paraître de son temps. Sa carrière de mime et de comédienne, lui a donné à mon avis, cette première expérience du texte qui prend corps, qui est le corps et invente notre modernité.

Critique par Eva Domeneghini

  Julia Kristeva est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, romans et essais parmi lesquels : Étrangers à nous-mêmes (Fayard, 1988), Les Samouraïs (Gallimard, 1992), Les Nouvelles Maladies de l’âme (Fayard, 1993), Possession (Fayard, 1996), Sens et non-sens de la révolte (Fayard, 1996), La Révolte intime (Fayard, 1997), Le Génie féminin : Hannah Arendt, tome 1 (Fayard, 1999), Melanie Klein, tome 2 (Gallimard, 2003), Colette, tome 3 (Fayard, 2002), La Haine et le Pardon (Fayard, 2005), Meurtre à Byzance (Fayard, 2004), Pouvoirs et limites de la psychanalyse, tomes I, II, III (Fayard, 1996/1997/2005), Seule, une femme (éditions de l’Aube, 2007), Colette : un génie féminin (éditions de l’Aube, 2007), Cet incroyable besoin de croire (Bayard, 2007).