Ces femmes qui écrivent Elisabeth Seys / De Mme de Sévigné à Annie Ernaux

ces-femmes-qui-ecrivent-

« Un passionnant parcours littéraire et historique constitué de 12 portraits de femme écrivain.

La parole féminine a longtemps été maudite. Pour oser écrire « je », les femmes ont donc dû vaincre des obstacles intimement liés à leur condition dans la société.

À l’aube des temps modernes, les premières à prendre la parole furent Christine de Pizan, Marguerite de Navarre puis Mme de Sévigné, ouvrant l’espace où une écriture féminine sera possible. Plus tard, conscientes des problèmes de leurs contemporains, Mme Roland, Flora Tristan et même George Sand ont défini l’engagement au féminin à travers une écriture de l’action et de la revendication. À l’inverse, c’est non à la condition de la femme citoyenne mais à celle de la femme artiste que s’attachèrent Mme de Staël et Colette, qui toutes deux, à des époques différentes, eurent à souffrir des préjugés auxquels était confronté leur sexe… C’est contre ces préjugés que s’est insurgée très jeune Simone de Beauvoir : elle créa les conditions de possibilité d’une autre conception de la femme. Issues de cette nouvelle pensée, Marguerite Duras vit dans la féminité la transgression, Marguerite Yourcenar une simple qualité de l’être humain. Enfin, de nos jours, Annie Ernaux déplace la question de la féminité du terrain des disputes partisanes vers celui d’une sociologie capable de penser les femmes telles qu’en elles-mêmes : dans leur insaisissable originalité.

Proposant une lecture à la fois historique et littéraire de l’œuvre autobiographique de ces douze femmes, l’auteur interroge le lien entre condition et écriture féminine. Son analyse précise et sensible nous fait revivre leur époque, découvrir des textes parfois méconnus et appréhender d’un œil neuf le parcours de ces brillantes femmes de lettres. » Présentation de l’éditeur reproduction avec l’accord de l’éditeur

Présentation de l’auteur

Agrégée, docteur ès Lettres, Élisabeth Seys enseigne dans des établissements de la région parisienne. Elle poursuit dans le même temps un travail de recherche portant essentiellement sur l’écriture moderne et le statut des femmes.

D’autres sujets d’étude de l’auteur :

Violette Leduc et Jean Genet:

poétiques du désastre                (ANRT. Atelier national de reproduction des thèses, 2005 – 523 pages)

Violette Le Duc au jour le jour

Des femmes en littérature – Martine Reid

des-femmes-en-littérature-Martine-Reid

j'aime un peu, bc, passiontj'aime un peu, bc, passiontj'aime un peu, bc, passiontj'aime un peu, bc, passiontj'aime un peu, bc, passiont

Je me rends compte aujourd’hui que je ne me suis jamais demandé pourquoi j’étudiais uniquement les œuvres d’auteurs masculins à l’école et que pratiquement aucun nom d’auteur féminin ne me venait à l’esprit quand je considérais les siècles passés. Je pensais certainement comme beaucoup que les femmes avaient très peu écrit à cause de leur condition qui le leur interdisait et du manque d’éducation. Il fallait attendre la libération des femmes et Simone de Beauvoir  pour que les femmes aient pleinement accès à l’écriture.

Je comprends aujourd’hui que l’effacement progressif des femmes dans l’histoire littéraire a été un acte politique au sein de sociétés où des rapports de domination s’exerçaient au détriment des femmes.

Simone de Beauvoir elle-même méconnaît cette histoire, considérant que l’exercice de la littérature est essentiellement masculin et que les femmes avant de prétendre être les égales des hommes dans ce domaine doivent se libérer de leurs servitudes (les tâches domestiques, la maternité, etc). Sa position universaliste lui interdit l’exploration et la réflexion sur le genre comme condition d’accès à la littérature. Elle ne cherche pas à déconstruire les concepts, à envisager leur phallocentrisme.

Ce n’est que dans les années 70 avec Hélène Cixous et Luce Irigaray que l’écriture sera interrogée dans son rapport au corps féminin, non pour l’y circonscrire mais pour en transcender les limites. Grâce aux études anglo-saxonnes, l’histoire des femmes sera réévaluée dans tous les domaines de la création. Il ne s’agit pas de chercher une écriture propre aux femmes mais de comprendre comment leur histoire et leur condition a influé non seulement sur leur création mais aussi sur la réception de leurs œuvres et comment ces œuvres ont été marginalisées.

Mais pour cela fallait-il encore que les femmes écrivissent, ce qui n’était pas évident tant on les en décourageait. D’ailleurs les rares femmes qui écrivaient étaient au XVIIe des nobles puisque seules celles-ci avaient reçu une éducation qui même si elle était relativement pauvre dans les couvents de l’époque ne leur en donnait pas moins les rudiments de la lecture et de l’écriture. Celles qui avaient cette prétention subissaient la pression symbolique de toute une société patriarcale qui considérait que non seulement les femmes n’avaient ni suffisamment d’esprit ni assez d’éducation pour le faire mais qu’elles risquaient à cause de leur activité littéraire abandonner leurs tâches domestiques et négliger leur foyer et leurs enfants. Elles devenaient ainsi des putains et des monstres.

Mme de Staël le remarque déjà, les femmes risquent « se distraire de leurs devoirs naturels et entrer en rivalité avec les hommes. »

Une femme doit savoir rester à sa place et être digne des qualités propres à son sexe : pudeur, réserve et discrétion et ne pas devenir une sorte de prostituée par la publicité qui est offerte à son nom lorsqu’elle devient auteure.

Il s’agit de maintenir les femmes dans le domaine étroit de la vie domestique. Certains proposeront même au lendemain de la Révolution de les empêcher d’apprendre à lire. L’espace littéraire se définit ainsi comme un champ de forces dans lequel jouent à plein des rapports de domination et de sujétion.

Mais lorsque les femmes malgré toutes les pressions qu’elles subissent s’obstinent à écrire, une autre stratégie consiste à les cantonner dans des styles et des genres qui les empêchent de rivaliser vraiment avec les hommes.

Des tentatives sont ainsi faites de définir une écriture féminine ou des genres dans lesquels la femme auteure excellerait du fait de sa nature. Les femmes auteures elles-même vont dans ce sens comme Germaine de Staël qui remarque que les femmes excellent dans les œuvres d’imagination et la peinture des sentiments.

Ainsi c’est entendu depuis le milieu du XVIIe siècle, les caractéristiques naturelles de la femme, sa vivacité, sa mobilité, sa sentimentalité et son goût du détail impriment à son écriture les caractères indélébiles de son sexe !