Lire pour l’Ukraine /L’année des autrices ukrainiennes – écrire pour résister

Alors que la guerre gronde une fois de plus à nos portes, et que les menaces ne cessent de s’accumuler au-dessus de nos têtes, je me suis penchée sur l’histoire littéraire de l’Ukraine et notamment sur la place des autrices dans ce panorama. Comme partout ailleurs, leur combat pour écrire n’a pas fait exception à la règle, ni l’invisibilisation de leurs oeuvres, mais il s’est doublé d’un autre tout aussi politique dans leur rapport à la langue ukrainienne, à la russification et à la construction d’une nation aujourd’hui en grand danger. Sans conteste, elles sont très peu traduites en français, mais j’ai pu me procurer quelques ouvrages que je vais essayer de chroniquer ici. Je vous invite à faire de même. Je ne sais pas si la culture peut lutter contre la barbarie mais elle est un autre moyen de résistance à long terme. Les livres sont porteurs de mémoire.

Ainsi que l’écrit Oksana Zaboujko dans « Explorations sur le terrain du sexe ukrainien », « l’Ukraine c’est Chronos, qui dévore ses enfants avec menottes et petons… »,

Cette lutte pour la liberté se paye durement, sur une terre qui fut colonisée par les empires ou par les voisins, et mit du temps, de la sueur, et des larmes à se construire. La littérature et la langue ukrainienne furent aussi les terrains de cette lutte face aux démagogues et aux tyrans.

Le pingouin d’ Andreï Kourkov par Valentyne

Un poème de Lessia Oukraïnka (1871-1913) par Madame lit

Felix Austria, de Sofia Andrukhovych par Passage à l’Est

Entretien avec IRYNA DMYTRYCHYN Propos recueillis par  Anna Mozharova

«Le testament» de Taras Chevtchenko par Madame lit

4 réflexions sur « Lire pour l’Ukraine /L’année des autrices ukrainiennes – écrire pour résister »

  1. J’ai lu il y a longtemps Une brève histoire du tracteur en Ukraine mais j’ai un autre roman de Marina Lewycka dans la PAL : Deux caravanes. Je vais le lire tout bientôt.

    J’aime

  2. Je peux suggérer également Felix Austria, de Sofia Andrukhovych, une lecture mitigée pour moi mais qui, j’en suis sûre, plaira à d’autres. Le roman se déroule à « Stanislaviv » (Ivano-Frankivsk) du temps de l’Autriche-Hongrie. Je l’avais chroniqué ici: https://passagealest.wordpress.com/2020/07/15/sofia-andrukhovych-felix-austria/
    Le roman a été traduit (comme les livres de Matios et Zaboujko) par Iryna Dmytrychyn. Une traductrice qui mérite également d’être mise en avant! Je conseille cet entretien très intéressant avec elle ici: https://www.translitterature.fr/media/article_980.pdf

    J’aime

    1. Merci beaucoup pour toutes ces informations, oui j’avais vu Félix Austria même si je ne l’ai pas insérée. Je mettrai un lien vers ton article. J’avais également noté Iryna Dmytrychyn par la fréquence des occurrences.

      J’aime

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.