Arrêter la vie pour qu’elle ne s’échappe pas, Milena Agus

https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-culture/milena-agus

J’écris tout le temps, oui tout le temps, j’ai un cahier dans mon sac, j’écris aux arrêts de bus, et surtout j’écris le matin, très tôt, parce que je me réveille très tôt, même à quatre heures du matin, et en fait je remets ensemble tous les morceaux que j’ai écrits. in France Culture

Publié par

Litterama (Les femmes en littérature)

Les femmes et la littérature dans l'histoire Ce blog vise à faire davantage connaître les femmes auteurs moins connues et moins diffusées que leurs homologues masculins. https://litterama.wordpress.com ou http://femmes-de-lettres.com

Une réflexion au sujet de « Arrêter la vie pour qu’elle ne s’échappe pas, Milena Agus »

  1. « Finalement, sans la magie, la vie a un goût d’épouvante. »
    Quelle belle phrase.
    Et quelle belle entrevue.
    Cette passion tranquille qu’on sent, cet amour qu’elle a pour ses personnages.
    Et puis le rapport heureux entre les deux femmes, l’auteure et l’interprète.
    Merci, Ann.

    J'aime

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.