Louise Labbé Sonnets (1555)

Louise-Labe

Je vis, je meurs; je me brûle et me noie;

J’ai chaud extrême en endurant froidure;

La vie m’est et trop molle et trop dure;

J’ai grands ennuis entremêlés de joie.

 

Tout à un coup je ris et je larmoie,

Et en plaisir maint grief tourment j’endure;

Mon bien s’en va, et à jamais il dure;

Tout en un coup je sèche et je verdoie.

 

Ainsi amour inconstamment me mène;

Et quand je pense avoir plus de douleur,

Sans y penser je me trouve hors de peine.

 

Puis quand je crois ma joie être certaine

Et être au haut de mon désiré heur,

Il me remet en mon premier malheur

 

2 réflexions sur “Louise Labbé Sonnets (1555)

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s