Humeur… Les écrivains pour dames…

Tout le monde ou presque connaît les paroles de la chanson de Souchon, qui évoque  » ces nouvelles pour dames de Somerset Maugham ». La tradition est longue de ces soi-disant auteurs qui écriraient avec l’intention particulière de plaire aux femmes. Les ingrédients sont toujours les mêmes : mièvrerie, sentimentalisme sirupeux, légèreté, délicatesse et une certaine pudeur (non, les femmes ne …. pas). Bon, je vous le concède, ils ne le font pas toujours exprès ! Mais le succès est souvent au rendez-vous, car ils vendent  beaucoup de livres . Les femmes lisent…énormément.

Cette semaine, j’ai entendu un critique littéraire très connu, sur une chaîne de télévision non moins connue, faire l’amalgame : il semblerait que deux auteurs réputés pour leur lectorat féminin, Grégoire Delacourt (La liste de mes envies) et David Foenkinos (La délicatesse) tentent une reconversion.

Grégoire Delacourt, avec « On ne voyait que le bonheur« , tentative ratée selon ce même critique,  chez Lattès,  sorti le 20 août 2014, et le roman « Charlotte » de David Foenkinos qui s’intéresse au destin d’une artiste peintre allemande qui a été tuée à Auschwitz. Bon, là, il semblerait que ce soit réussi. L’auteur a au moins atteint le purgatoire. Encore quelques efforts, et il sera lu aussi par les hommes, consécration suprême !

J’aimerais savoir ce qu’est un livre écrit pour les hommes ? Du sang ? Du sexe ? Quelques coups de poing ? Quels sont donc les auteurs dont l’écriture virile est plébiscité par les hommes ?

Femmes-003-copie

8 réflexions sur “Humeur… Les écrivains pour dames…

  1. J’ai entendu parler de l’intervention de ce critique connu, il faut que je vois en replay l’émission pour me faire mon idée mais sur ce sujet je te fais confiance et comme toi ce genre de choses à fortement tendance à me faire dresser les cheveux sur la tête !

    J'aime

  2. Je viens de voir la vidéo postée par Théoma. Edifiant! Mais en fait, depuis que les hommes existent « comme une fille » est devenu une insulte! Le pire c’est que l’on en sort jamais et quand on fait quelques progrès, il y a toujours des forces négatives qui nous ramènent en arrière.

    J'aime

  3. Je comprends complètement ton billet mais ne peut-on néanmoins reconnaitre, sans me faire l’avocat du diable, qu’il y a certains romans dont on sait qu’ils auront un fort lectorat féminin et d’autres qui seront davantage lu par des hommes. Il n’y a rien de péjoratif ou méprisant, si ?
    Et puis il y a aussi les romans qui touchent tout le monde.

    J'aime

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s