Paroles de femmes : Herbjørg Wassmo

Herbjørg-Wassmo

« Pourquoi l’as-tu fait ? demande-t-elle.

Assise dans son fauteuil de lecture à côté de la bibliothèque, les mains nouées entre ses  genoux, Virginia Woolf ne répond pas.

Je comprends que tu aies été déprimée par la guerre qui arrivait. Ou un chagrin d’amour ? Mais tu avais du succès. Étais respectée. Avais écrit des livres, des essais et …

Entends-tu les détonations au-dehors? s’enquiert Virginia. Les canons ? Les mitrailleuses? Entends-tu le gène masculin ? Ceux qui demandent la bénédiction de leur dieu pendant qu’ils tuent.

Non, chuchote-t-elle.

Alors, tu as de la chance. Moi, oui. Je marche sur des plages interminables en ramassant des galets. A la fin, mes poches sont pleines. Je vais alors dans les profondeurs. »

In « Ces instants-là »

8 réflexions sur “Paroles de femmes : Herbjørg Wassmo

    • J’ai eu du mal avec les vagues même si la langue est très belle. A force de déconstruire la narration, on parvient à un éclatement complet. D’ailleurs elle a ouvert la voie au nouveau roman. Je préfère Virginia l’essayiste malgré tout.

      J'aime

  1. La lucidité n’a jamais aidé à vivre ;0) (je pense à Virginia Woolf quand je dis ça) C’est un extrait magnifique, j’ai hâte de lire ce dernier Wassmo, je suis totalement fan de l’auteure…

    J'aime

  2. Pingback: Vos billets les plus tentateurs des mois de novembre et décembre | L'or rouge

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s