Les femmes et la littérature : Sara Stridsberg

« Une des raisons d’être de ma littérature est de faire naître le paradoxe. La littérature embrasse le monde entier et peut être un asile pour les indésirables et tous les marginaux du monde. »

Sara Stridsberg

alt=Description de l'image Sara Stridsberg.JPG.

Photo wikipédia

Sara Stridsberg (née en 1972 à Solna) est un écrivain et traducteur suédois

Son premier roman, Happy Sally, évoque Sally Bauer, la première scandinave à traverser la Manche à la nage.

En 2007, elle reçoit le grand prix du Conseil nordique pour son deuxième roman Drömfakulteten, une fiction sur Valerie Solanas, l’auteur du SCUM manifesto, que Stridsberg a traduit en suédois.

3 réflexions sur “Les femmes et la littérature : Sara Stridsberg

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s