Les sœurs savantes. Marie Curie et Bronia Dluska, deux destins qui ont fait l’histoire de Natacha Henry

Natacha Henry

Les sœurs savantes. Marie Curie et Bronia Dluska, deux destins qui ont fait l’histoire de Natacha Henry, Vuibert 2015

vignette Les femmes et la PenséeComment se construit-on, où puise-t-on force et détermination ? Sur quoi s’appuie-t-on pour avancer, créer, inventer ?
Cette nouvelle biographie de Marie Curie a ceci d’original qu’elle explore l’histoire familiale de Maria Salomea Skłodowska (1867-1934), et montre comment ses relations avec sa sœur aînée Bronia, la solidarité profonde qui existait entre elles, lui ont permis de devenir la femme que l’on connaît aujourd’hui, prix Nobel de physique et de chimie, en 1903 et 1911, pour ses recherches conjointes avec Pierre Curie sur les radiations puis pour ses travaux sur le polonium et le radium.
Née dans l’actuelle Pologne, sous domination russe, il était interdit aux femmes d’entrer à l’Université. Or, éduquées par un père libéral, qui désirait que ses filles soient instruites et qui croyaient à leur intelligence, Maria et Bronia se rebellèrent, assistèrent à des cours clandestins d’instruction supérieure tout en rêvant de venir étudier à Paris. Mais leur famille est pauvre, et elles ne disposent d’aucune autre ressource qui leur permettrait de venir étudier à la Sorbonne. C’est alors qu’elles imaginent un contrat : Bronia viendra étudier à Paris et Maria sera gouvernante d’enfants et lui versera la moitié de ses subsides. Une fois ses diplômes obtenus, Bronia hébergera sa sœur à Paris pour lui permettre, à son tour, de faire des études de physique.
L’engagement sera tenu, et ces deux pionnières, l’une en médecine, l’autre en physique-chimie, deviendront parmi les premières femmes à illustrer de leur nom la science de leur temps.
Elles firent partie de celles qui luttèrent pour l’éducation des femmes dans une Europe encore très patriarcale , où l’entrée dans un amphithéâtre à la Sorbonne d’une jeune étudiante déchaînait cris et sifflements. Mais cette seconde moitié du XIXe siècle voit naître et se développer un féminisme organisé et militant qui parviendra à forcer les barrages les plus importants. Des grands noms émergent de ces luttes, dont la féministe Marguerite Durand (une bibliothèque existe à Paris à son nom où l’on peut consulter les écrits des femmes).
De 1867 à 1934, les deux sœurs partagèrent leurs ambitions professionnelles, leurs bonheurs, mais aussi les deuils et les tragédies familiales. Convaincues toutes deux que le progrès scientifique transformerait en profondeur la société et permettrait aux individus de se réaliser, elles ne négligèrent pas une certaine forme d’engagement social, dans la lutte contre l’analphabétisme, et en favorisant l’accès aux soins pour les plus pauvres. Les femmes étrangères sont encore plus exposées car pauvres, femmes et en exil. Les deux sœurs durent mener un combat de tous les instants qui contribua à forger leur conscience politique : les femmes sont encore plus vulnérables dans des sociétés qui ne leur reconnaissent pas les mêmes droits que les hommes et les maintiennent dans un statut de mineures. Julie-Victoire Daubié fut la première femme en France à obtenir son baccalauréat en 1861 et la première Licencié ès Lettres en 1872. Ces progrès récents ouvrent la voie à Maria et Bronia.
Elles vécurent aussi les bouleversements d’un Europe en crise, prise dans les tourments de la guerre, agitée par des idées nouvelles, le socialisme et les luttes politiques et côtoyèrent les esprits les plus brillants de leur temps.
Comment devient-on ce que l’on est ? Si la ténacité et le travail sont des vertus indispensables, les conditions d’existence, le milieu social et l’éducation sont déterminants.
Si ces femmes purent enfin participer pleinement à la société de leur temps, c’est que des mouvements de fond, les luttes sociales, le féminisme, le leur permirent. Et surtout cette figure de père qui leur donna en miroir la croyance en leurs capacités.
Cette excellente biographie en est la preuve et mérite amplement d’être lue. Elle est bien écrite et nous fait entrer de plain-pied dans ces destins exceptionnels.

Sélection 2015

Logo Prix Simone Veil

6 réflexions sur “Les sœurs savantes. Marie Curie et Bronia Dluska, deux destins qui ont fait l’histoire de Natacha Henry

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s