Litterama, les femmes en littérature

Féminisme, le deuxième sexe (3) – Le poids de la religion et des sectes aux Etats-Unis – Festival America

Dominique Chevalier : Un système religieux, un système sectaire, a établi des mœurs et une hiérarchie qui ne sont pas à l’avantage des femmes, je voudrais vous entendre sur la religion dans la lutte des femmes.

Dans les sectes, le pouvoir est toujours détenu par un homme…

Jennie Melamed : Les Etats-Unis ont toujours eu une position étrange par rapport à la religion et je n’ai trouvé ça dans aucun des autres pays occidentaux que j’ai visités. Je n’ai pas trouvé cette espèce de pulsion sauvage où on se définit soi-même par rapport à la religion.Je suis frappée par le fait que Dieu, la peur de l’enfer, tous ces concepts soient utilisés pour justifier toutes les actions qui ont été entreprises par les hommes notamment l’esclavage, les rôles contraignants attribués aux femmes, aux enfants, la justification « C’est ce que veut Dieu et si vous ne voulez pas aller en enfer, faites ce qu’on vous dit. ». Mais je suis très intéressée aussi par le fait que des groupes chrétiens, juifs, musulmans, de femmes sont en train de récupérer les idées positives qui sont dans les textes originaux, les textes fondateurs religieux, en avançant que « Nos textes remontent très loin, ils sont très anciens, cela a maintenant évolué,il faut maintenant les comprendre autrement. » Aux Etats-Unis, on a énormément de sectes, dont certaines sont plus célèbres que d’autres, je pense ici à la scientologie, que l’on ne retrouve nulle part ailleurs et qui est authentiquement américain, et c’est tellement étrange et inconcevable pour moi que je trouve cela fascinant, même si cela suscite chez moi une très grosse colère, quant à l’exploitation que cela représente des individus. En ce qui concerne les sectes, ce qui m’a frappé, c’est que le pouvoir est toujours détenu par un homme, Dieu est toujours représenté par une puissance masculine, je n’ai jamais trouvé d’exemple de secte où le pouvoir soit donné aux femmes, ou soit dirigée par une femme. Dans les recherches que j’ai faites, j’ai vu beaucoup de choses autour de la situation des enfants, il y a un texte de la nièce de David Miscavige qui a grandi dans la scientologie, une vie de labeur physique épuisant, elle n’allait pas à l’école, ne recevait aucune éducation, ni aucune culture. Heureusement il y a beaucoup de gens prêts à voir le pouvoir féminin comme quelque chose de positif, comme une force pour aller de l’avant mais il faut savoir que, à cet égard, les sectes n’évoluent pas, ne changent pas, on ne voit aucun progrès dans le partage du pouvoir avec les enfants, et les femmes, qui leur permettrait de décider de leur vie. Je trouve cela à la fois cela fascinant et terrifiant.J’ai récemment été contactée par une jeune femme qui avait quitté une secte, en laissant une partie de sa famille derrière elle, qui ne voulait pas la suivre, et qui me disait qu’il y avait bien sûr des différences entre ce qu’elle avait vécu elle dans cette secte et ce qui était décrit dans mon livre, mais qu’il y avait aussi beaucoup de points communs, et que c’était ça qui était assez effrayant.

Des femmes droguées et violées par plusieurs hommes de leur propre colonie…

Leni Zumas : Ce que disait Jenny au sujet des sectes, il y a un roman très émouvant par l’auteure canadienne Miriam Toews, au sujet d’une colonie mennonite établie en Bolivie, et il a été découvert que de 2005 à 2009 des femmes droguées et violées par plusieurs hommes de leur propres colonies et bien sûr, ces femmes, conformément à l’orthodoxie de cette secte, n’avaient aucune éducation, n’avaient pas le droit d’apprendre à lire, ni à écrire, et le roman s’articule autour des décisions qui vont être prises par les femmes après cela.

  • Sur une île américaine, des familles vivent depuis plusieurs générations en totale autarcie et dans la croyance que le monde a plongé dans le chaos. Elles suivent le culte strict érigé par leurs pères fondateurs et mènent une vie simple, rythmée par les rites de leur foi. Dans cet environnement rigoureux, un groupe de très jeunes filles s’approchent de « l’été de la fructification », la cérémonie qui fera d’elles des femmes. L’une d’elles va se révolter, entraînant ses amies dans sa lutte désespérée, confrontant sa communauté à ses mensonges et à ses lourds péchés.

    « Entre Kazuo Ishiguro et Margaret Atwood. » The New York Times Book review

2 Commentaires

  1. (j’aime le dessin du billet, c’est de qui?)
    J’ai repéré le roman de J Malamed, j’espère le lire, il est à la bibli. Je sors d’un roman , Avec joie et docilité, de Johanna Sinisalo , une société où les femmes sont considérées comme pas grand chose, mais là pas de raison religieuse, juste (si j’ose dire) l’état. Je te le recommande chaudement!

    J'aime

  2. Bonjour Keisha, le dessin est d’Héloïse Dorsan Rachet qui fait les autres dessins du site et qui est aussi ma fille. Elle a assisté avec moi à cette conférence, et pendant que je prenais des notes, elle dessinait. Une chouette association ! Je prends note de ta recommandation ! Bonne journée…

    J'aime

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :