Litterama, les femmes en littérature

Celles qui…

« Un sort mauvais est fait aux femmes poètes; on a l’impression qu’elles ne sortiront jamais du ghetto de la « féminitude ». Les anthologies leur font la part congrue quand elles ne les ignorent pas tout simplement. Comme partout ailleurs, on retrouve « la femme alibi » – une par siècle, rarement plus. leurs noms nous sont connus : Christine de Pisan, Louise Labé, Marceline Desbordes-Valmore, Anna de Noaïlles, Marie Noël, Andrée Chédid… Mais les autres, toutes les autres ? Celles qui trouvaient dans la poésie, le rêve et l’évasion, l’expression de leurs joies, de leurs peines, ou de leur foi, qui manifestaient, dans des vers souples et amples, leur sensualité, l’émerveillent de la maternité, leur amour du beau, leur peur devant la mort, qui disaient le bonheur des matins auprès de l’être aimé ou celui, simple, d’exister, qui jouaient avec les mots, avec les rimes, qui montraient leur sens aigu d’observation du monde, leur difficulté à se prendre au sérieux, qui dissertaient savamment, en alexandrins, de philosophie et de politique, qui prenaient la plume contre l’injustice et celles pour qui la poésie donnait, le plus souvent, un sens à la plus banale existence. »

Régine Desforges, 1993 in Poèmes de femmes

4 Commentaires

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :