Thérèse Desqueyroux Miller/Mauriac

        affiche-Therese-Desqueyroux-2012-1     Ther-se-mauraiac

Vignette les grandes héroïnesLe dernier film de Claude Miller est l’occasion de redécouvrir le roman de François Mauriac et cette bouleversante héroïne qu’est Thérèse Desqueyroux magnifiquement interprétée par Audrey Tautou. Le réalisateur a su filmer la solitude intérieure de cette femme enfermée à la fois dans son milieu, la bourgeoisie provinciale, son ignorance et tourmentée par des aspirations que son éducation, ou plutôt son manque d’éducation, ne lui permettent pas de satisfaire. Elle ne trouvera pas d’autre moyen que de tenter d’empoisonner son époux…

Au début du livre, Thérèse ressort libre du palais de justice alors qu’elle est coupable. Tout a été fait pour étouffer le scandale et préserver la réputation des Desqueyroux. Elle tente de comprendre les raisons de son acte, ou plutôt ce qui a causé ce geste qu’elle n’a ni véritablement voulu, ni pensé. Thérèse se méfie de ses propres pensées, elle est « compliquée » et pense que le mariage va l’aider à remettre de l’ordre dans ses idées, à devenir « raisonnable ». Passionnée et entière, elle étouffe dans un mariage sans amour, si différente de son mari par les aspirations et la sensibilité. Mais comment se révolter ? Comment soulever cette chape de plomb qui la cloue à terre, comment se libérer des liens qui l’entravent ? Elle ne cherche pas d’excuse ni qu’on la plaigne, d’où cette impression de froideur et d’indifférence,  mais tente de dire et de comprendre qui elle est.

La réponse de son mari et de la famille est sans appel, justice sera rendue à l’intérieur de la famille, en huis-clos, par des gens qui furent des proches, et apparaît aussi monstrueuse que l’acte qu’elle a commis. Qui véritablement est la victime ?

Dans le film, à Bernard qui l’interroge sur les raisons véritables de son acte, elle répond : « Pour lire dans vos yeux un trouble, une interrogation ». Mais son mari, confit dans ses certitudes ne peut le comprendre.

J’ai lu sur Wikipédia, que cette histoire a été tirée d’une histoire vraie, celle d’Henriette Canaby qui fut accusée en 1905 d’avoir voulu empoisonner son mari Émile Canaby, courtier en vins bordelais alors endetté. Mauriac assista à son procès le 25 mai 1906. Elle fut acquittée grâce au témoignage de son mari qui voulait sauver les apparences.

7 réflexions sur “Thérèse Desqueyroux Miller/Mauriac

  1. Je n’ai pas encore vu cette nouvelle adaptation mais le roman que j’ai relu il y a très peu de temps ne m’avait pas enthousiasmée plus que ça. L’histoire et l’intrigue psychologique est pourtant fascinante mais la lecture m’avait semblé monotone !
    Commentaire n°1 posté par Malika le 17/12/2012 à 20h15

    C’est vrai mais il rend la monotonie d’une existence qui est un vrai étouffoir.
    Réponse de Anis le 03/01/2013 à 00h57

    J'aime

  2. PLus que le personnage de Thérèse, c’est celui du mari qui m’a touchée, pris entre son amour pour sa femme, (enfin une certaine forme d’amour ou d’admiration qui va croissant) et sa famille qui ne pense qu’à cacher le scandale.
    Commentaire n°2 posté par kathel le 15/12/2012 à 09h33

    Oui, on sent combien il est ambivalent mais on sent ses limites aussi et sa lâcheté. On sent aussi combien son étroitesse d’esprit étouffe complètement sa femme. il y a des crimes silencieux comme ceux-las mais Gilles Lelouche joue admirablement. J’ai davantage senti ce qu’a pu vivre Thérèse car dans ma campagne natale, à l’époque de mon enfance, c’était ainsi pour les femmes. Certaines devenaient dépressives, d’autres cruelles et autoritaires, les plus sensibles en mouraient à petit feu. Elles avaient l’intuition de quelque chose, d’un autre monde mais elles n’avaient pas les mots pour le dire car elles n’avaient pas fait d’études; on le leur interdisait. Elles s’étiolaient. C’est d’ailleurs dans ce sud-ouest que Mauriac connaissait si bien et qu’il avait pu observer à loisir. Les personnages sont tous très intéressants et l’auteur a su éviter la caricature. J’ai trouvé qu’Audrey Tautou avait su relever ce défi avec une cetaine finesse par ce qu’elle aussi aime son mari d’une certaine manière et d’ailleurs elle attend des mots qui ne viendront pas. Vraiment magnifique ce film. Moi, il m’a bouleversée.
    Réponse de Anis le 03/01/2013 à 00h56

    J'aime

  3. Je n’ai pas encore lu ce classique.
    Commentaire n°3 posté par Nadael le 14/12/2012 à 19h10

    Un incontournable à mon avis.
    Réponse de Anis le 02/01/2013 à 12h12

    J'aime

  4. Je ne me souviens pas d’avoir lu ce livre et suis peu tentée par le film, peut-être parce que cette athmosphère me renvoie au temps du collège et du lycée dans un établissement catholique… Assez donné !
    Commentaire n°4 posté par Annie le 14/12/2012 à 09h21

    J’y ai fait un petit passage moi aussi, au collège, et l’hypocrisie et l’étouffement que l’on peut y ressentir n’a toutefois aucune commune mesure avec celui-là. Vraiment c’est une oeuvre à connaître.
    Réponse de Anis le 02/01/2013 à 12h12

    J'aime

  5. J’ai l’intention d’aller le voir pendant les vacances. Je reviendrai te donner mes impressions ! J’aimerais relire le roman avant, mais en aurai-je le temps ?
    Commentaire n°5 posté par Heide le 13/12/2012 à 19h40

    Je suis très intéressée par ton avis.
    Réponse de Anis le 02/01/2013 à 12h11

    J'aime

  6. A une époque j’avais lu plein de romans de Mauriac, dont bien sur celui ci. Souvenirs souvenirs…
    Commentaire n°6 posté par keisha le 13/12/2012 à 07h48

    Kesisha, j’ai parfois l’impression que tu as tout lu, tu m’épates… (encore, cela perdure!)
    Réponse de Anis le 02/01/2013 à 12h10

    J'aime

  7. J’avoue qu’Audrey Tautou ne m’a pas plu du tout dans ce film (Gilles Lellouche, oui !) mais ça m’a presque donné envie de relire le roman, lu quand j’étais très jeune !!
    Commentaire n°7 posté par Anne le 12/12/2012 à 23h10

    J’adore cette comédienne, et une fois encore j’ai été sous le charme, mais il en va ainsi des œuvres d’art. Difficile d’aller au-delà de sa propre subjectivité.
    Réponse de Anis le 02/01/2013 à 12h09

    J'aime

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s