Litterama, les femmes en littérature

Flannery O’Connor – L’histoire d’une vie (1925-1964)

flannery-oconnor3

La vie des écrivains est la source où ils puisent la matière de leur
œuvre, elle est souvent révélatrice des difficultés qu’ils durent combattre, et de l’énergie plus ou moins grande qu’ils mirent à les faire tomber une à une avant de pouvoir écrire ou publier leur œuvre.

La vie de Flannery O’Connor fut relativement courte et marquée par la maladie, dont son père mourut, et qui la rendit infirme les dix dernières années de sa vie. Née en 1925, elle mourut en 1964 à l’âge de 39 ans. Très jeune, à 25 ans2, cette maladie congénitale se révéla et commença à détruire progressivement ses tissus. Conséquence de sa santé fragile, elle fut sédentaire et ne quitta sa Géorgie natale, que pour quelques séjours à l’Université de l’Iowa.

 

Son œuvre fut d’abord découverte en France avant d’être reconnue aux Etats-Unis. Elle a marqué
de son nom l’univers des lettres américaines par une œuvre de qualité, deux romans, le premier en 1952, La Sagesse dans le sang, et le second en 1960, Et cesont les violents qui l’emportent, et deux recueils de nouvelles, Les braves gens ne courent pas les rues en 1955,  et Mon mal vient de plus loin, Pourquoi ces nations en tumulte.

Des essais seront publiés après sa mort, en 1969, sous le titre « Le Mystère et les mœurs » puis un volume de correspondance L’habitude d’être.

 Elle appartint à une famille de tradition catholique dans un sud fondamentaliste protestant et sera, sa vie durant, hantée par le
mystère de la foi et le sens du mal
. Selon ses spécialistes, elle « dépeint un monde coloré peuplé de faux prophète et d’évangélistes miteux, de filles ou de fils uniques coupés de la vie et de la grâce par leur intellect, d’escrocs séduisants et de fous échappés de l’asile »1.

 

Son œuvre est constamment en réédition, vivante et toujours actuelle. Flannery O’Connor est considérée aujourd’hui comme l’une des principales romancières du Sud aux côtés de William Faulkner et Erskine Caldwell.

 Geneviève Brisac raconte dans « La marche du cavalier » qu’à ceux qui lui demandaient pourquoi elle n’écrivait pas d’histoires d’amour (et bien une femme ?), Flannery O’Connor répondait qu’elle écrivait ce qu’elle
pouvait, des histoires d’amour à sa manière puisqu’on n’écrit jamais rien d’autre que cela, et que pour celles qu’on qualifie de ce terme précisément, elle ne se sentait pas encore aguerrie. J’ai
trouvé cela émouvant.

       

English: Robie Macauley with Flannery O'Connor...

English: Robie Macauley with Flannery O’Connor at the University of Iowa in 1947. (Photo credit: Wikipedia)

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :