La poésie derrière le mur (2)

la poésie derrière le mur

Pourquoi un tel engouement pour la poésie en Roumanie alors qu’elle semble marginale aujourd’hui dans le reste de l’Europe ?

 Mircea Dinescu l’explique  par l’importance qu’elle a eu comme média, par la pauvreté, voire la quasi inexistence des autres moyens d’expression indépendant. Il raconte qu’il n’y avait qu’une chaîne de télévision soumise au parti :

«  Tout le monde cherchait dans la fiction, une allusion à la réalité que chacun vivait. C’est pour cela qu’en Roumanie, il n’y avait pas seulement des files d’attente pour les denrées alimentaires mais également lors de présentations de livres. Les roumains étaient affamés de poésie. On ne se cachait pas dans l’ombre, derrière les murs, comme des lézards, au contraire les poètes étaient vus comme des personnes importantes dans ce monde bizarre. Ils cherchaient des allusions à la réalité, ces lézards qui se cachaient dans l’ombre, qui se nichaient dans la poésie. Ainsi certains d’entre nous sont devenus des héros, des vedettes presque aussi connues que les footballeurs roumains. »

 

Selon lui, les poètes vivaient relativement bien puisqu’ils pouvaient publier leurs vers.

« En général, le scandale était après la publication d’un livre, il faisait des vagues à son tour. Ana Blandiana, on a interdit ses œuvres après la publication de ses œuvres importantes. » 

Les livres se vendaient sous la table , de manière illégale. Ils contenaient des allusions à Caucescu et c’est cela qui intéressait les lecteurs. Tous ces livres sont parus entre les murs desquels tous ces poètes ont vécu.

« Mais ce que je veux dire, c’est que nous avons vécu libres, sans avoir l’obsession des murs, car nous avons pu écrire et nous sentir libres en écrivant. Et pour les auteurs importants, leurs œuvres pouvaient être visibles, malgré la censure, malgré l’oppression et tout le stress qui était engendré par la censure. Avant de publier un livre en Roumanie, il fallait rencontrer quelqu’un, qui était un représentant du centre de la Culture et de l’Education socialistes avec lequel on devait négocier le contenu du livre. Il s essayaient de traquer certains mots clefs, comme obscurité, faim, cul, et toutes les allusions sexuelles évidemment, mais elles subsistaient dans le souterrain de notre littérature. Ces censeurs étaient eux aussi des poètes, des critiques littéraires et ils aimaient l’idée de cette poésie vivante. Même les représentants de la police secrète, de la Securitate, sont devenus des poètes plus tard, il y a des cas célèbres.  Bourreaux et victimes sont devenus collègues de l’Union des écrivains. »

Dinu Flamand a choisi, lui, la voie et le déchirement de l’exil. :

 « Le censeur en chef parlait trois ou quatre langues. Il s’est octroyé l’exclusivité des traductions d’Henri Michaud. et aussi Sylvia Plath. C’est à dire ce n‘était pas des imbéciles mais des salauds, parce qu’ils savaient quelle était la vraie poésie. Mais quand il te censurait toi, il ne te donnait pas le droit de t’exprimer à la manière de Michaud ou d’expérimenter à la manière de Sylvia Plath. D’où la perfidie mais surtout la schizophrénie de ce système-là. Il faisait un sale boulot payé par le Parti mais sa conscience ne lui posait pas de problèmes. Mais à partir d’un certain moment on ne pouvait plus négocier avec eux. Il y avait des mots, il y avait des expressions qui ne passaient pas. La dictature c’est la mère de la métaphore. C’est vrai nous avons réussi à être très intelligents et à élaborer des systèmes métaphoriques qui dépassaient la vigilance et parfois la somnolence de la censure. Mais en même temps la liberté était très amère. C’était cher payé. A partir d’un moment on était interdit de publication. Ana a été interdite trois fois. Les poèmes se passaient de poche en poche. On était contents que la poésie se diffuse mais en même temps à quel prix. C’était pas une vie pour la littérature. On paye maintenant dans notre cœur, dans notre âme, cette période, toute cette lutte inutile avec les crétins qui nous conduisaient. Ce qui m’a toujours révolté c’est d’être soumis à une couche épaisse d’imbéciles prétentieux et qui ont accaparé le pouvoir pendant des décennies et des décennies. Parfois je me juge moi-même avec une grande sévérité tout en sachant qu’il n’y avait rien à faire. On publie effectivement la poésie qui date de cette époque-là mais à quel prix. »

La poésie derrière le mur. Ecrire sous la dictature communiste (1)… Ana Blandiana, Dinu Flamand, Ion Muresan et Mircea Dinescu témoignent…

  salon-du-livre-de-Paris

La poésie derrière le Mur  Samedi 23 Mars 2013 de 14:00 à 15:00 

Grand Public Pavillon Roumanie (R78) Lettres roumaines

Modérateur Jean-Pierre SIMEON (Directeur Printemps des Poètes)

Participants: Ana BLANDIANA(une poétesse, essayiste et figure politique roumaine), Dinu FLAMAND, Ion MURESAN  Salondulivredeparis.com 

2 réflexions sur “La poésie derrière le mur (2)

  1. Ton billet me rappelle cette magnifique conférence, à laquelle j’ai aussi assisté. Et je le trouve très fidèle aux propos tenus par les poètes présents à la table ronde. Propos porteurs d’espoir, de vie, parfois d’humour (te souviens-tu de la « césure » qui remplaçait le mot « censure » ?) . Mais même si la poésie a survécu, voire s’est renforcée, pendant la dictature, leurs propos m’ont donné froid dans le dos, à me représenter les conditions de l’expression à cette époque !

    J'aime

    • Oui, c’était passionnant. Cela me fait plaisir que nous ayons « vibré » au même moment, peut-on dire qu’il y a des communions artistiques et intellectuelles? En tout cas, c’est marrant de penser que nous étions proches sans nous connaître ! Je suis d’accord avec toi. Quel courage il leur a fallu pour vivre ainsi dans un perpétuel danger. J’ai trouvé très intéressant le fait qu’ils soulignent tous aussi combien, malgré tout, la poésie avait une force et une écoute qu’elle n’a plus eu après. Quel paradoxe, n’est-ce pas ?

      J'aime

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s