Françoise Giroud – Histoire d’une femme libre

giroud

En 1960, après une tentative de suicide, et sur les conseils d’un médecin, Françoise Giroud tente de comprendre « le pourquoi d’elle-même » : les blessures, les fêlures qui l’ont conduite à ce geste. Elle décide de rédiger son autobiographie. Mal aimée par un père disparu trop tôt, et qui s’écrie le jour de sa naissance qu’il voulait un fils, jeune fille puis femme rebelle qui n’accepte pas le rôle étroit assignée aux femmes de son époque, mise à l’écart d’une famille bourgeoise dont elle est la parente pauvre, Françoise Giroud aura bien du mal à trouver une place qui soit « sa » place. « Homme » le jour, « femme » le soir, dans une extrême « tension », elle sera la compagne non-officielle de Jean-Jacques Servan-Schreiber avec lequel elle fondera l’Express. Femme des années cinquante, comme Simone de Beauvoir, elle est précurseur d’un nouveau type de relation où la femme s’accomplit professionnellement, est autonome et choisit librement son compagnon selon des affinités intellectuelles et sexuelles .

Elle trouvera dans sa relation avec lui, une dimension qu’elle n’avait certainement jamais vécue avec aucun autre, faite de camaraderie, de partage intellectuel, d’amour-passion, et d’une création commune qui lui donne une saveur inégalée.

« Un homme, pour moi, ce n’est ni un porte-feuille pour assurer mon existence, ni une étiquette dont j’ai besoin pour circuler dans la société, ni un bijou qu’il m’amuserait de porter pour que d’autres me l’envient, ni un sexe où accrocher mon reste de jeunesse pour la retenir, ni un poste à transistor destiné à combler le silence.

C’est un être humain avec lequel je veux trouver ce qu’il y a de plus rare au monde : un langage commun. Communiquer, s’entendre, être entendu et entendre l’autre. »

Mais voilà, elle qui pensait avoir trouvé une place, on lui enlève : son amant, mari de Madeleine Chapsal, veut divorcer et épouser sa jeune stagiaire afin d’avoir des enfants (Ils en auront quatre ensemble).

Tout bascule alors, et Françoise Giroud avale une dose létale de barbituriques. Secourue par son médecin, elle se rend compte que cet amour qui lui demandait tant d’énergie à gagner, on le lui offre sans compter. « […]j’ai admis que, peut-être ils m’aimaient. Pas pour eux, puisque je n’avais rien à donner que le spectacle d’une grande faiblesse, pour moi ».Et ajoute-t-elle, ce « capiton de sollicitude, j’avais envie de l’accepter, je l’acceptais[…]. »

Se reconstruire après une tentative de suicide, c’est long, très long car « du pays du non-espoir on revient toujours les mains vides. ». Françoise Giroud entamera un long voyage, en compagnie de Lacan, afin de pouvoir vivre.

Il y a dans ce livre des accents d’une absolue sincérité, et une voix, inimitable.

Ce manuscrit a été retrouvé par Alix de Saint-André dans les Archives Giroud à l’Imec.

4 réflexions sur “Françoise Giroud – Histoire d’une femme libre

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s