Litterama, les femmes en littérature

En route – Malvina Blanchecotte (1830-1897)

Résultat de recherche d'images pour "la route"

Malvina Blanchecotte (1830-1897)

On est perdu : la route à l’infini s’allonge.

Les pas suivent les pas fatigués : on ne sait

Si l’on veille et l’on vit, ou si déjà l’on songe,

Un vent lugubre passe et trouble tout à fait.

La lune ouvre un œil blême et luit par intervalles :

De bien loin en bien loin percent des clartés pâles,

Tachetant les flancs noirs des maisons dans les bois.

Dans toute cette nuit et dans tout ce silence

L’esprit halluciné croit surprendre des voix

Qui des vieux souvenirs prennent la ressemblance…

(Les Militantes, 1875)

 

Résultat de recherche d'images pour "Malvina Blanchecotte"Est née le 30 novembre 1830 en milieu ouvrier. Par son origine, elle sera très sensible à l’injustice sociale mais tentera de s’en affranchir pour obtenir une pleine reconnaissance intellectuelle. Elle épouse Blanchecotte, teneur de livres et a un fils. Elle entre en relation avec Lamartine, puis Béranger, qui sont ses maîtres en poésie et fréquente le salon de Louise Colet. Elle lit beaucoup et travaille avec acharnement. Son premier recueil de poèmes « Rêves et réalités, Poésies, Par Mme B, ouvrière et poète » a un vrai succès; il est couronné par l’Académie française et Sainte-Beuve lui consacre un article. L’année suivante, il est réédité avec un poème d’hommage de Lamartine.

Elle devient professeur et court le cachet, soumise à une vie de semi-misère dont elle gardera une profonde amertume.

Elle connaîtra la consécration, rare pour une femme, de voir quelques-uns de ses poèmes publiés dans le Parnasse contemporain II et III (1871,1876). Son oeuvre est intéressante par la vigueur avec laquelle elle s’inscrit contre les clichés d’un sentimentalisme féminin, et par son sens de la formule. (

Photo : Lunch by the roadside / Pause dîner au bord de la route/ Creator(s) / créateur(s) : John Boyd/ Date(s) : June 23, 1917 / 23 juin 1917

4 Commentaires

  1. Oui, ce sont de jolies découvertes, même si leur talent n’avait pas de commune mesure avec certains de leurs contemporains. Mais j’aime beaucoup ce poème. Comme juge-t-on de la valeur d’une oeuvre littéraire ? A-t-elle été seulement une imitatrice de Lamartine qu’elle admirait ?

    J'aime

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :