Litterama, les femmes en littérature

L’été 2019 des romancières, poétesses et nouvellistes autrichiennes

Nous sommes à la saison des voyages, et je m’envole bientôt vers Vienne…

Stefan Zweig hante nos mémoires, et ses héroïnes sont toujours magnifiquement campées, écrites, décrites : Brûlant secretAmok, Lettre d’une inconnue et Vingt-quatre heures de la vie d’une femme ont toujours autant de succès aujourd’hui.

On connait moins les romancières autrichiennes, même si Elfride Jelinek a eu le prix Nobel de littérature en 2004.

Résultat de recherche d'images pour "elfriede jelinek"

Elfriede Jelinek, Munich, 9.2004 (Foto: G. Huengsberg), Licence creative commons.

Selon la presse, elle entretient des relations difficiles avec son pays, qu’elle déteste, ou plutôt les partis nationalistes qu’elle exècre. Elle s’élève contre toutes les formes d’exploitation, sociale, par le genre, le sexisme et les stéréotypes qui contraignent les individus. Ses romans sont proches de l’avant-garde, souvent expérimentaux et parfois très difficiles à lire : distorsion du temps, collage, références multiples, populaires ou savantes. Très influencée par l’expressionisme, le dada, le surréalisme, mais aussi les sciences humaines et le structuralisme, son oeuvre est dense et difficile, d’autant plus quand on lit les traductions qui ne rendent pas toujours très fidèlement ses recherches sur la musicalité de la langue. Sa personnalité flamboyante, passionnée, à fleur de peau, en fait une personnalité exceptionnelle et controversée.

Parmi une oeuvre conséquente, citons: La pianiste, Méfions-nous de la nature sauvage.

Résultat de recherche d'images pour "ingeborg bachmann"

Graffiti de Jef Aérosol au musée Robert Musil de Klagenfurt.

Ingeborg Bachman  (1926-1973) est à tous les égards une grande femme des lettres autrichiennes, et elle tient également une place de choix dans mon panthéon littéraire.

Poéte, nouvelliste, romancière, elle cherche à renouveler le langage afin de pourvoir créer un monde nouveau (voir le groupe 47). Après le traumatisme du nazisme, ce groupe veut rénover la langue, « salie » par les nazis. Les femmes de ce groupe, dont Ilse Aichinger, veulent entreprendre un travail de refondation, de rénovation de la langue, dans un travail de réappropriation, les mots étant ceux qu’ont élaborés les hommes pour parler à leur place, pour ignorer leur monde, et leurs désirs.

Ainsi tente-t-elle d’écrire l’Amour, tel que les femmes le ressentent, avec leurs propres mots. Dans ce sens, Malina, se veut le premier roman d’une tétralogie sur la refondation féminine de la langue. Il sera le dernier, car Ingeborg Bachman qui voulait traduire le tragique de l’existence féminine, aura une fin également tragique, puisqu’elle mourra brûlée vive dans sa chambre d’hôtel à Rome, le

Bien sûr, ses recherches auront bien des développements par la suite, et on songe ici aux recherches de Luce Irigaray sur le féminin de la langue.

Elle est elle aussi une personnalité très attachante que je vous invite à découvrir.

Mais il faudrait aussi citer : Ilse Aichinger, Ruth Aspöck, Vicki Baum, Marie Von Ebner- Eschenbach, Jeannie Ebner, Marianne Fritz, Karin Gayer, Anna Gmeyner, Maja Haderlap ( L’Ange de l’oubli ), Enrica Von Handel-Mazzetti, Marlen Haushofer (traduite chez Actes Sud), Lotte Ingrish, Alma Karlin, Gina Kaus, Edith Kneifl (Un matin à Trieste, ed Fleuve noir), Alma Johanna Koenig, Susanna Kubelka (Madame rentre tard ce soir, Belfond, 1996 ), Eva Menasse (La Dernière Princesse de conte de fées, L’Arche Editeur), Caroline Von Pichier, Ursula Poznanski (Publiée aux Presses de la Cité), Elisabeth Reichart, Gabriele von Sazenhofen, Ossip Schubin, Hilde Spiel (exil à Londres, traduite en anglais), Marlene Steeruwitz.

Ebner-Eschenbach.jpg  Résultat de recherche d'images pour "Enrica Von Handel-Mazzetti"Alma Karlin.pngGina Kaus.jpg

Marie Von Ebner- Eschenbach  Enrica Von Handel-Mazzetti Alma Karlin Gina Kaus

Source photos : Wikipedia, licence creative commons.

10 Commentaires

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :