La garçonne de Victor Margueritte / Sulfureux ou avant-gardiste ?

la garconne_PBP

Le roman « La garçonne » fut très célèbre en son temps, best-seller des Années Folles, sulfureux et provocateur pour certains, moderne et avant-gardiste pour d’autres,  il déclencha autant d’intérêt que d’indignation et valut à Victor Margueritte (1896-1946) d’être radié de la Légion d’honneur.

Écrit en 1922, dans une société très imprégnée des valeurs morales héritées du catholicisme, et de manière plus générale de la culture judéo-chrétienne, les thèmes abordés par Victor Margueritte avaient de quoi enflammer l’opinion, et choquer cette France bien-pensante de l’après-guerre, qui avait renvoyé les femmes à leurs fourneaux, et les avait de nouveau assignées à leur fonction reproductrice. Il  fallait, n’est-ce pas, repeupler la France. Et où allait-on, je vous le demande, si on les laisser se perdre dans des amours saphiques improductives, ou dans une vie de dissipation et de dérèglement des mœurs, peu propices à un foyer bien ordonné.

Mais il y a bien plus grave, car il s’attaque à la haute bourgeoisie parisienne, sans morale, menant une vie de débauche, derrière la façade hypocrite de la civilité bourgeoise. Et si cela n’était pas assez, il dénonce « les profiteurs de guerre » qui se sont enrichis sur le dos des poilus.

On peu supposer qu’après avoir  chargé la barque, Victor Margueritte ne dut pas être vraiment surpris par la riposte de ceux qui, après tout, détenaient le pouvoir. Toutefois la censure produisit son effet, elle relança la curiosité pour cet ouvrage qui sentait le soufre, et les ventes s’envolèrent.

Pour tout dire, elles dépassent même la série des Claudine publiées par Colette.

La coiffure à la « garçonne » deviendra le symbole de la liberté, virilisation des femmes ou indifférenciation des sexes qui permet d’aborder également la bisexualité et le lesbianisme. Comme on le voit, Victor Margueritte fait feu de tout bois.  Il remet en cause l’ordre établi, les préjugés et le pouvoir, traditionnellement chasse gardée des hommes. On comprend l’ampleur de la riposte.

Monique Lerbier, son héroïne, est indépendante financièrement grâce à son métier de décoratrice et aime comme les garçons, c’est-à-dire,  librement, pour sa seule satisfaction sexuelle, sait s’abandonner à tous les plaisirs et tient à choisir librement son destin.

Victor Marguerite féministe ?

Selon Yannick Ripa, qui écrit une préface absolument passionnante à ce livre,  il ne fut guère aimé des féministes qui tenaient à la respectabilité pour faire accepter leur mouvement, et ne souhaitaient pas que le libertinage soit associé à leurs luttes et dénature leur image. Lutter pour l’égalité des droits ne voulait pas dire coucher avec n’importe qui, voire à plusieurs, ou remettre en cause la monogamie institutionnelle.

L’ouverture d’esprit de Victor Margueritte aura elle aussi ses limites et la morale sera finalement sauve. Le bonheur semble hétérosexuel, monogame et pour toujours. La chair est triste hélas, et point n’est besoin d’avoir lu tous les livres, pour en être complètement dégoûté. Les femmes ont besoin d’amour, qu’on se le tienne pour dit, et la maternité donne un sens à leur vie : sans enfants, quelle solitude !

Si ce roman a tant fait parler de lui, ce n’est pas pour son style, légèrement ampoulé mais pour sa portée iconoclaste, Victor Margueritt

French writers Paul (1860-1918) and Victor Mar...

French writers Paul (1860-1918) and Victor Margueritte (1866-1942) (Photo credit: Wikipedia)

e a fait vaciller sur leurs socles les vieilles idoles. Qu’il en soit encore aujourd’hui remercié !

« Monique Lerbier est heureuse : elle épousera bientôt l’homme qu’elle aime.Un soir, pourtant, elle le surprend en compagnie de sa maîtresse. Humiliée, elle se venge sur le premier venu, puis, au lieu de rentrer dans le rang comme ses parents le lui intiment, elle décide de prendre en main son destin et ses amours. Avec glourmandise, curieuse de tout, Monique va alors multiplier les expériences émancipatrices, avec des femmes comme avec des hommes qu’elle ravale au rang de simples reproducteurs ou de « belles machines à plaisir »

Les trois saisons de la rage – Victor Cohen Hadria

Les-trois-saisons-de-la-rage

j'aime un peu, bc, passiontj'aime un peu, bc, passiontj'aime un peu, bc, passiontj'aime un peu, bc, passiont

Victor Cohen Hadria – Les trois saisons de la rage – Prix des libraires – Le livre de poche n°32530 – Editions Albin Michel 2010

« Qu’importe tout cela, à présent elle est libre. Orpheline, veuve et libre. » Libérée de la tutelle du mari et du père. »

Vignette Les personnages féminins dans l'ecriture masculineIl y a des prix qui sont comme des bons crus auxquels on peut faire confiance sans aucune hésitation : le prix des libraires est de ceux-là, et le prix des lectrices Terrafemina et sa sélection va devenir, je le sens, une référence, tant le comité de sélection a su privilégier des ouvrages de qualité. Pour l’instant, aucun des livres soumis à nos votes ne m’a ennuyée et nombreux parmi eux ont été de belles découvertes. L’année prochaine, c’est sûr, je lirai encore la sélection proposée.

Le livre de Victor Cohen Hadria est une petite merveille et j’ai pris beaucoup de plaisir à sa lecture. Outre le fait qu’il est extrêmement bien écrit, dans une langue fluide, claire et élégante, ce livre est aussi un témoignage extrêmement bien documenté sur la vie et les mœurs dans le monde rural au temps des guerres napoléoniennes. Il possède également une dimension politique et philosophique vraiment intéressante sur l’homme, son destin et ses turpitudes à travers le journal et les réflexions d’un médecin de campagne.

Jean-Baptiste Le Cœur est médecin de campagne au cœur de la Normandie profonde, plus exactement à Rapilly, où il exerce son Art, dans ce dix-neuvième siècle qui se voit bouleversé par des innovations importantes, comme le chemin de Fer, mais aussi de nouvelles idées et de nouvelles pratiques dans le champ de la médecine : le premier vaccin contre la variole a été mis au point en 1798, de nouvelles conceptions en matière d’hygiène se développent dans la prévention des épidémies et des infections post-opératoires.

Jean-Baptiste tente d’écrire un traité sur la rage et ses causes, mais distrait par ses propres émois amoureux, son ouvrage s’infléchit au gré de ses rêveries érotiques (il est veuf et en mal d’amour) vers un tour très personnel. Sa théorie sur les causes de ce mal a de quoi surprendre de nos jours et paraît bien fantaisiste. Ce libre penseur est convaincu que le désir sexuel, s’il n’est pas satisfait, peut causer les plus grands désordres physiques et mentaux. Il observe combien les interdits qui pèsent sur le corps et sa libre jouissance entravent le bon développement des individus.

Les hommes s‘en arrangent plus ou moins bien ; il existe des maisons de Tolérance pour calmer de trop fortes ardeurs et les multiples aventures qu’un homme peut se permettre sans encourir la réprobation sociale qui guette les femmes dont la nature trop sensuelle conduirait aux mêmes ébats. Mais bien sûr, c’est une constante dans les sociétés, la femme assure la pureté de la descendance et sa sexualité doit être bien gardée. Les premiers préservatifs apparaissent déjà et des techniques plus ou moins hasardeuses pour éviter les grossesses. Sous des manières hypocrites, les contemporains de Jean-Baptiste s’en donnent à cœur joie. On brave l’interdit, quitte à aller à confesse et à réciter quelques pater noster.

Mais attention, avertit un père, « Dieu sait que je serais mal placé de condamner les amusettes que l’on accomplit dans les granges et que je n’aurais guère de droit à t’enseigner ce que tu devrais faire de tes humeurs. », pour autant le mariage est chose sérieuse, on prend une vraie épouse, pour la vie, le travail et la descendance. D’ailleurs, on porte les femmes trop ardentes aux Carmélites car « quelquefois toute cette frénésie se peut résoudre dans l’amour de Dieu. ».

Cette condamnation de la sexualité par la religion, l’ignorance des femmes à l’égard de leur corps, couvrent les pires abus et les pires excès. L’homme, s’il n’est pas éduqué, se laisse submerger sans plus de raison par cette sexualité débordante et aveugle, se privant du même coup de l’amour et la complicité d’une vraie compagne.

Dans un roman passionnant, Victor Cohen Hadria conduit ses personnages de main de maître de cette rage de vivre et d’aimer à un équilibre plus subtil qui pour autant ne condamne pas les passions du corps. A lire …