Histoire minuscules des révolutions arabes

Histoires-minuscules-des-revolutions-arabes

Ce livre est un recueil dirigé par Wassyla Tamzali. Née en Algérie, elle a exercé les fonctions d’avocat à Alger puis est entrée à l’UNESCO où elle a été chargée du programme sur les violations des droits des femmes. En 1996, elle a été nommée directrice du programme de l’Unesco pour la Promotion de la condition des femmes de la Méditerranée.

Pourquoi « histoires minuscules » ? »Parce que les révolutions sont arrivées par la grâce de héros minuscules, et que si elles existent c’est par leur vertu de mettre enfin l’homme – la femme – au centre du devenir arabe, chassant Dieu et la Nation. »

       Beaucoup de ces textes parlent de la haine des femmes révélée lors de ces rassemblements en Egypte place Tahrir, leurs seins que l’on dénude, photographie et placarde sur les murs pour les effrayer, les violences qu’elles ont subies, le viol entre autres visant à les décourager de s’engager en politique, ou de pratiquer des métiers tels que le journalisme.

          Tel ce vieux militaire algérien qui soliloque avec sa femme, essayant de lui expliquer encore une fois que les Algériens sont musulmans et que le féminisme, l’émancipation des femmes ce sont des idées étrangères qui n’ont pas leur place en Algérie. D’ailleurs c’est curieux, « le Monde bouge. la Syrie flambe, l’Egypte tangue, le Yémen s’insurge, la Tunisie mute » et l’Algérie ? Serait-ce parce qu’elle a déjà fait sa révolution? demande Mohamed Kacimi (co-auteur de Le jour où Nina Simone a arrêté de chanter).  

            Et le Liban ?

« […] le Liban joue à être une carpe aveugle. »se plaint Hyam Yared. « Trop peu de femmes dans ces foules », signale Michèle Perret. » Mais le jasmin est vivace, le printemps revient toujours. Les filles aux sourires d’ogresses tiennent bon dans les orages, les petites vieilles en haïk en ont vu d’autres. » Et Nadine Ltaïf de lancer ce poème comme un cri de guerre : « Ton cri Iman est comme un stylo/la dernière arme/entre tes mains/ et tu creuses un sillon/dans la terre/et tatoues la mémoire des femmes/Ton cri est un séisme. Iman Al Obeidi a été violée par les miliciens de Khadafi.

         En Tunisie, il fallut ce drame, l’immolation par le feu du jeune Mohamed Bouazizi de Sidi Bouzid suite à la perquisition de sa petite charrette de vendeur par les policiers de la municipalité, nous rappelle Lina Ben Mhenni. Peut-on imaginer un tel désespoir ? La rue s’est alors enflammée le 14 janvier 2011. On ne sait jamais d’où viennent les révolutions, elles sont imprévisibles. Toutes les frustrations s’accumulent jusqu’à un certain point. Sans le savoir, nous sommes toujours assis sur des braises.

Lina Ben Mhenni, cyberdissidente, blogueuse, et journaliste tunisienne. Son blog « A tunisian girl » fut interdit. (source photo Wikipédia)

Cécile Oumhani lui rend hommage dans son article « Bloggueuses rebelles ».

Hejer Charf avertit des lendemains qui déchantent, rappelle que Tahar Haddad, réformiste défenseur des femmes, fut l’inspirateur du moderniste Habib Bourguiba et du Code du statut personnel, auteur de « Notre femme dans la charia et dans la société » qui rappelait en 1930 : « Notre devoir nous appelle aujourd’hui plus que jamais à sortir la femme de cet obscurantisme des siècles passés et à la considérer comme un membre vivant et un comparse égal à nous dans la vie. »

Simone Molina avertit que parfois il faut partir, parce que rien n’est possible, et  » C’est alors que Semmia avait choisi de partir, de garder ses cheveux dénoués, son regard droit et fier qui lui valaient insultes. Elle voulait une vie où il serait permis de respirer l’air marin, seule au bout de la digue, sans crainte des regards absurdes qui renvoyaient chaque femme de ce pays solaire dans l’enfer de la soumission. »

Il reste beaucoup d’incertitudes un an après ce printemps arabe et les femmes ne semblent toujours pas à la fête…

A lire ce livre passionnant sur les événements de cette révolution arabe. Et je clos avec cet article mon mois commémoratif !

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s