Laissez-moi – Marcelle Sauvageot

marcellesauvageot

j'aime coup de coeurj'aime coup de coeurj'aime coup de coeurj'aime coup de coeurj'aime coup de coeur

Marcelle Sauvageot – Laissez-moi, Libretto, Editions Phébus, 2004. Première édition 1933

« Premier livre écrit par une femme qui ne soit pas de soumission … Livre de Tristesse noble ; livre de dignité ! Admirable ! » s’est écrié Clara Malraux à sa lecture.

Marcelle Sauvageot signe ici une œuvre bouleversante où se font écho le chagrin d’amour et la maladie dans une écriture de l’intime à la fois simple et déchirante.

De son amour disparu et qui la laisse plus seule encore face à la maladie, l’auteure sonde les splendeurs comme les faux-semblants dans une analyse à la fois profonde et cruelle.

A travers la radiographie à laquelle elle soumet le sentiment amoureux, les illusions dont il se nourrit apparaissent au fil de la narration, ainsi qu’une critique subtile des relations entre les hommes et les femmes de l’époque.

            « Si on te parle d’une femme, tu coupes la parole pour dire : »Elle est jolie ? », se moque-t-elle, pour remarquer plus loin que la dissymétrie des relations hommes/femmes prend toute sa mesure dans le fait qu’un homme attend de l’amour d’une femme qu’il soit « sans droits et sans exigences ». De ces femmes dont l’unique préoccupation est leur mari, elle se démarque totalement car elle a d’autres aspirations.

Elle n’est pas dupe : « J’essayais de garder un petit appui en dehors de vous, afin de pouvoir m’y accrocher le jour où vous ne m’aimeriez plus. »

            Elle note plus loin : « L’homme est : tout semble avoir été mis à sa disposition ». On attend de la femme un amour fait de soumission et c’est ce qui rend ce sentiment plus douloureux encore, parce qu’impossible pour une femme éduquée, intelligente et éprise de liberté.

Alors dans un ultime adieu fait à la fois de sauvagerie et de détresse, Marcelle Sauvageot pourra-t-elle s’écrier :

« Mais laissez-moi : vous ne pouvez plus être avec moi. Laissez-moi souffrir, laissez-moi guérir, laissez-moi seule. […]. Ne me demandez pas de vous regarder par-dessus l’épaule et ne m’accompagnez pas de loin. Laissez-moi ».

Il s’agit ici d’un très beau livre, qui à travers l’écriture de soi, esquisse le portrait d’une femme infiniment touchante, rendu plus émouvant encore à cause du destin terrible qui a été le sien. L’écriture est belle et le mouvement du récit  vous emporte sur le fil d’une émotion contenue par la maîtrise de la narration qui ne sombre jamais dans le mélodrame.

Elsa Zylberstein a joué ce texte aux Bouffes du Nord,  premier « one woman show »,Commentaire,  Dans un noir complet, ai-je lu, un bruit de train s’est fait entendre, et la comédienne, tout de noir vétu, les cheveux tirés en arrière, a offert ce texte aux spectateurs. Elle a écrit la très belle préface pour cette nouvelle édition.

7 réflexions sur “Laissez-moi – Marcelle Sauvageot

  1. C’est en effet un très beau texte !
    Commentaire n°6 posté par Anne le 09/04/2012 à 19h58

    Oui, très émouvant.
    Réponse de Anis le 15/04/2012 à 23h03

    J'aime

  2. Elsa Zylberstein a une grande sensiblité qu’elle laisse transparaître dans les préfaces qu’elle compose (je pense à celle de Lettre d’une inconnue de S. Zweig, collection La Cosmopolite, Stock). Je comprnds parfaitement le discours de Marcelle Sauvageot : parfois, il est indispensable d’affronter seule sa propre souffrance, ce repli sur soi indispensable pour mesurer ce qui a été vécu, ressenti, le deuil à effectuer. Merci pour cet avis.
    Commentaire n°7 posté par Philisine Cave le 09/04/2012 à 19h56

    Je ne savais pas qu’elle avait écrit d’autres préfaces. Elle a une personnalité aux facettes multiples.
    Réponse de Anis le 15/04/2012 à 23h03

    J'aime

  3. j’ai lu ce livre et en est fait un article de mémoire sur le blog

    un excellent livre en effet
    Commentaire n°4 posté par denis le 10/04/2012 à 20h11

    Je vais aller voir.
    Réponse de Anis le 15/04/2012 à 23h07

    J'aime

  4. Voilà bien longtemps que je souhaite lire ce texte de Marcelle Sauvageot. Une jolie plume pour un bel esprit apparemment.
    Commentaire n°5 posté par Nadael le 10/04/2012 à 13h59

    Il faut la lire, vraiment.
    Réponse de Anis le 15/04/2012 à 23h05

    J'aime

  5. Oui, c’était un autre temps. Mais, il est encore présent dans la vie de nos mères ou grand-mères et source souvent de conflits et d’incompréhension!
    Commentaire n°2 posté par Annie le 11/04/2012 à 17h26

    Oui, j’ai vu beaucoup de ces choses quand j’étais enfant mais aussi quelques autres encore aujourd’hui.
    Réponse de Anis le 15/04/2012 à 23h08

    J'aime

  6. C’est effectivement une bien jolie plume pour parler de liberté, d’insoumission et d’amour .
    Commentaire n°3 posté par Malika le 11/04/2012 à 09h19

    Oui, ce qui nous fait avancer en fait.
    Réponse de Anis le 15/04/2012 à 23h07

    J'aime

  7. Superbe !
    Commentaire n°1 posté par sardain le 24/08/2012 à 08h47

    Merci beaucoup. J’ai été très touchée par ce livre.
    Réponse de Anis le 24/08/2012 à 11h27

    J'aime

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s