Sahar Khalifa

Sahar Khalifa

Elle est née à Naplouse. Après avoir enseigné à l’université de Bir Zeit, en Palestine, elle suit des études de littérature anglo-saxonne aux Etats-Unis, puis revient en Palestine où elle fonde le Centre des études féminines qu’elle dirige depuis.

Elle est considérée comme la plus grande romancière palestinienne et, en 2006, l’Université américaine du Caire lui a décerné le prix Naguib Mahfouz de littérature. Ses romans sont traduits dans le monde entier.

Du même auteur, traduits en français, Chronique du figuier barbare, chez Gallimard en 1978, la Foi des tournesols chez Gallimard toujours en 1989, L’impasse de Bab Essaha chez Flammarion en 1997, repris en poche (10/18) en 2001.

Un certain nombre de ses écrits plus féministes ne sont pas traduits en français.

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s