Marie d’Agoult – L’histoire d’une vie

Marie d'Agoult (1843), portrait by Henri Lehma...

Marie d’Agoult (1843), portrait by Henri Lehmann (1814 – 1882) (Photo credit: Wikipedia)

Née de Flavigny, comtesse d’ (dite Daniel Stern). Femmes de lettres française (Francfort-sur-le-Maine, 31 décembre 1805-Paris 5 mars 1876). Son père, militaire, émigra dès les débuts de la Révolution en Allemagne. Elle choisit un pseudonyme masculin, Daniel Stern pour publier. Elle s’engagea dans la création littéraire mais aussi dans la bataille politique et sociale.

En 1809, sa famille s’établit en Touraine, où elle reçut une solide formation intellectuelle. Sa mère, Marie-Elisabeth Bethmann était allemande ; elle lui apprit l’allemand, tandis que son père l’initiait à la littérature française. Elle a lu Rousseau et Bernardin de Saint-Pierre, Chateaubriand et Lamartine.

En 1827, elle épousa un colonel de cavalerie, Charles d’Agoult, et devint dame d’atours à la cour. Marie d’Agoult était ravissante, distinguée, pleine d’esprit. Son salon parisien réunissait l’élite des lettres et de la musique : Vigny, Chopin, Meyerbeer, Rossini, etc.

Sa rencontre avec Franz Liszt rompit le cours d’une vie qu’elle-même jugeait frivole et monotone.

« Dès le premier instant, j’eus la révélation d’une nature souverainement grande ; je sentis, qu’invinciblement attirée, mon âme allait se perdre, s’abîmer dans la sienne »

Franz Liszt

Franz Liszt (Photo credit: Wikipedia)

 En 1835, elle abandonna son mari et sa fille née en 1830 (plus tard comtesse de Charnacé) pour s’installer à Bâle avec son amant. Par lui, elle fit connaissance de George Sand qui vint rejoindre le couple en 1836.

« « […] en George, Marie apprécie la femme indépendante, l’artiste de talent, l’amie brouillonne et généreuse qui reçoit avec libéralité dans sa propriété de Nohant », « En Marie, George reconnaît une femme libre, cultivée, polyglotte, musicienne accomplie […][1] Elle vécut neuf années de bonheur avec Liszt, tantôt à Rome, Londres ou Paris. Elle lui donna un fils (mort en 1859) et deux filles. La première, Blandine épouse Emile Ollivier ; la seconde, Cosima, devint Mme Wagner.

Elle rompit avec Liszt en 1844 et, dès lors, entama une carrière littéraire. Son seul roman Nélida (1846) fit sensation[2] : elle y racontait de manière à peine voilée ses amours avec le compositeur hongrois. Martine Reid, au contraire, juge l’œuvre « d’un sentimentalisme assez convenu, (qui) ne rencontre que peu de succès lors de sa parution en 1846 ».[3]

« Elle est fort belle, disaient plusieurs hommes.

          Mais sans expression aucune, observait une merveilleuse sur le retour.

          Pourquoi sa tante ne lui met-elle pas un peu de rouge ? ajoutait une femme couperosée.

          Elle a tout gardé pour elle, répondait le jeune élégant. Ne remarquez-vous pas combien la vicomtesse acquiert de fraîcheur et d’éclat avec les années, ; chaque hiver, je trouve à son teint un velouté plus séduisant, des dégradations mieux observées. Depuis un mois elle tourne décidément à la rose du Bengale. »

« Valentia », une de ses nouvelles, (1845-1846) » pose la problématique de l’enfermement carcéral des femmes de ce siècle. Statut inexistant d’orpheline, mariage forcé, dépendance totale vis-à-vis d’un époux qui ne tolère même pas que son épouse lise. Elle s’échappe, et rencontre la passion mais cette histoire est un échec et la conduit au suicide » (Evelyne Wilwerth)

texte en ligne sur Gallica : Valentia, Hervé, Julien 

 L’année suivante, elle publiait son essai sur La liberté considérée comme principe et comme fin de l’activité humaine. Elle salua avec enthousiasme la révolution de 1848, dont portent trace ses Lettres républicaines parues dans le Courrier français . Son Histoire de la révolution de 1848 (3 vol ., 1850-1853) fit beaucoup pour sa notoriété. L’ouvrage a le charme d’un texte écrit sans recul par un auteur passionné.

            Sous le second Empire, elle ouvrit un salon qui réunit la plupart des opposants au régime, et voyagea beaucoup, notamment en Italie, dont elle rapporta Florence et Turin, études d’art et de politique (1862) et en Hollande, ce qui lui permit d’écrire L’histoire des commencements de la république des Pays-Bas (1872). Outre des essais historiques, Marie d’Agoult a laissé des Souvenirs (1875) qui s’arrêtent avant le début de sa liaison avec Liszt. Ses mémoires, qui couvrent la période 1833-1854, ont été publiées en 1927.

Martine Reid, dans la collection « Femmes de lettres » en Folio a réédité une partie de « Mes souvenirs » en 2009.

Bibliographie : J. Vier, La comtesse d’Agoult et son temps, Colin, 6 vol (1955-1963)

D. Desanti, Daniel ou le visage secret d’une comtesse romantique ? Marie d’Agoult, stock 1980

Ch. F. Dupêchez, Marie d’Agoult, Perrin 1989

Dictionnaire des femmes célèbres, Robert Laffont

Visages de la littérature féminine, Evelyne Wilwerth


[1]  Préface de Martine Reid à l’édition Folio.

[2] Dictionnaire des femmes célèbres, Robert laffont

[3] ibid Martine Reid

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s