Litterama, les femmes en littérature

Souvenance – Pauline Delpech

Delpech-Pauline

Elizabeth n’a plus que quelques jours à vivre. Sa mémoire part en lambeaux, rongée par une tumeur maligne, et dans sa maison de l’île d’Oléron, en compagnie de sa fille Julie, elle tente de profiter des derniers moments qui lui restent pour reconstruire son histoire et tenter de comprendre le malaise qui l’habite. Quelle femme a-t-elle été ? Que laisse-t-elle derrière elle ?

A l’heure des bilans, la vérité surgit, implacable et inattendue.

Il y a des livres, comme celui-ci, dont la lecture est inévitablement troublée ou parasitée par la personnalité ou la biographie de leur auteur : soit que celle-ci fasse partie de l’actualité people, soit qu’elle s’illustre par des provocations répétées et devienne de par ce fait une personnalité controversée. Dans le cas de Pauline Delpech, c’est le côté glamour, et certaines de ses prises de positions (Je vais en choquer plus d’une, mais je suis tout sauf féministe. La femme qui veut être à l’égal de l’homme, c’est très dangereux pour la survie du couple (voir interview Paris-Match).) qui ont accompagné inévitablement ma lecture et dont j’ai tenté à plusieurs reprises de me débarrasser.

Litterama a forcément, lui, son petit côté féministe et forcément moi aussi. Même s’il s’agit d’un féminisme doux, humaniste et non-militant. Je suis plus touchée par les magazines Causette et Muze que par d’autres magazines dits « féminins ». Ce qui ne peut échapper à aucun de ceux qui visitent mon blog. Si vous me lisez, là, maintenant, vous ne pouvez qu’en être d’accord.

Lorsque vous tapez le nom de l’auteure, le moteur de recherche vous propose tout sauf ses livres et c’est bien dommage. Ce seul motif aurait pu me dissuader de la lire mais j’ai voulu me faire une idée par moi-même et éclairer ce « féminin » qui, s’il est loin parfois de l’esprit de Litterama, n’en fait pas moins partie de ce que les femmes écrivent et pensent.

Tout d’abord, la forme : j’ai trouvé le roman bien construit et agréable à lire. On est pris par l’histoire et les rebondissements sont assez nombreux qui cassent la linéarité apparente du récit que fait Julie à sa mère de sa vie passée. Des faits troublants viennent créer un certain suspense et une tension qui dynamise la lecture. Le récit éclaire peu à peu les zones d’ombre de manière assez habile et la fin est bien amenée. Pauline Delpech a quatre romans à son actif et on sent le travail derrière l’écriture.

Quant au fond, l’histoire de cette femme, ce qu’on en apprend, et ce qui est dit des femmes aussi à travers elle, il est pour moi plus problématique parce qu’il véhicule des schémas ou des représentations traditionnelles qui m’ont agacée, mais qui m’ont mieux fait comprendre la prise de position de l’auteure citée plus haut.

Ainsi de nombreux petits conseils que l’on prodigue aux femmes,  « Tu m’as toujours répété que pour garder un homme, il fallait être bonne maîtresse et bonne maîtresse de maison, c’était ton credo. », le soin apporté à la toilette, l’image de la femme inévitablement jolie, voire belle, le mythe de la mère exemplaire et de l’épouse aimante.

Les hommes, au fond, sont les victimes d’une femme égocentrique et infidèle, uniquement préoccupée d’elle-même et le père a le beau rôle, comme l’a relevé également le journaliste qui l’a interviewée dans Paris-Match. Dans un autre moment du roman, une mère violente rejette sa fille, tant elle aurait aimé avoir un garçon, et c’est le père qui apporte de l’amour.

Je dirais que ces personnages ont mal à leur « féminin » et que dans l’histoire des femmes il y a aussi la haine de soi et une profonde culpabilité (à force de vous répéter que c’est vous qui avez fait croquer la pomme, et que c’est une femme qui a ouvert la boîte contenant tous les malheurs de l’humanité) et qu’il s’agit toujours de rester à la bonne place (ne pas être trop égale), ne pas faire de l’ombre, et gagner l’amour de celui qui n’est pas sur le même plan, mais uniquement sur celui du désir, et qu’il faut satisfaire par son élégance et sa beauté (tant pis pour celles qui sont moches et qui sentent des pieds).

          Toutefois il faut voir le sort que l’on fait aussi aux belles femmes (Pauline Delpech est magnifique), et je pense ici à une vidéo d’une interview de l’auteure il y a quelques années par un homme (un vrai ?) qui pour moi, l’a accueillie comme une bête à la foire, en vantant de manière lourdingue les mérites de sa plastique, et chacun bien sûr des invités de relever, tout en balançant des vannes pas du meilleur goût. Et c’est là que moi j’ai eu mal à mon féminin et que je me suis dit que cette femme-là valait mieux que ça. Et qu’on pouvait la lire aussi…

Pauline Delpech est une jeune auteure qui ne manque pas de volonté et qui trace sa route, capable à mon avis d’évoluer et de mûrir. En tout cas, je le lui souhaite, car elle est une auteure qui ne manque pas de qualités.

 

Je remercie l’attachée de presse des éditions Michel Lafon de m’avoir envoyé ce livre.

2 Commentaires

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :