Mutuwhena – La lune dort – Patricia Grace / Littérature maorie de Nouvelle-Zélande

Ebook: Mutuwhenua, la lune dort, Patricia Grace, Au vent des îles ...

Mutuwhena – La lune dort – Patricia Grace, traduit par Jean Anderson et France Grenaudier-Klijn – 1978 – Editions Au vent des îles (2012)

Je continue mon exploration de ces femmes d’ailleurs, vues à travers la littérature.  Les Institutions néo-zélandaises font de louables efforts pour redonner une place à la culture maorie, et encourager la lecture de ces auteurs. Patricia Grace a été une des premières à écrire sur ce peuple et sa culture.

Née en 1937 à Wellington, d’un père maori et d’une mère européenne, elle s’identifie à la culture paternelle et s’affilie aux Iwi Ngati Toa, Ngati Raukawa et Te ati Awa. Son premier ouvrage en 1975, Waiariki and Other Stories, fait partie des premiers ouvrages publiés par un auteur maori. Son œuvre sera récompensée par le prix Neustadt (dit aussi le « Petit Nobel ») en 2008 et l’auteur a reçu l’équivalent de l’Ordre du Mérite néo-zélandais en 2007.

Elle connaît les difficultés de l’appartenance à deux cultures et du possible écartèlement qui en résulte. A cette construction de l’identité, s’ajoute la problématique du statut des femmes :

« Dans les livres que j’avais lus, il n’y avait qu’une chose qui nous arrivait, à nous les filles. […] Soit nous nous attirions ce qu’on appelait des « ennuis », soit on se retrouvait allongées sous un type quelconque qui s’envoyait passionnément en l’air. Et c’était tout. »

La vie de Linda, jeune maorie éprise d’un Pakeha (Néo-Zélandais d’origine européenne), doit se marier. Mais un tel mariage peut-il se faire ? La vie de la jeune femme  va se compliquer d’autant plus que les différences culturelles semblent parfois infranchissables, tant les traditions occidentales sont éloignées de la culture maorie, notamment dans son attachement à la terre et aux lieux : « « …j’ai toujours su que la terre peut aimer les siens et j’ai toujours compris les liens de réciprocité entre les gens et la terre ». Issue d’une famille très liée aux valeurs ancestrales et aux traditions, la jeune femme va aussi devoir faire accepter son compagnon par les siens. Le passé colonial de l’île entache encore les relations entre maoris et descendants d’Européens, situant cette histoire d’amour au sein de la complexité des liens transculturels mais aussi lestée par  l’appartenance au clan et à la terre. Le dilemme se nourrit d’autres dichotomies entre la ville et la compagne, la modernité et la tradition, faisant surgir parfois des images très poétiques nourries par la poésie de la mythologie maorie.

Plutôt que de renoncer à ses origines, Linda/Ripeka demande à son mari de l’aider dans sa quête, et d’accepter peut-être ce qu’il ne comprend pas.

Tout l’intérêt de ce livre consiste dans les éléments de la culture maorie qui sont portés à la connaissance du lecteur, quant au récit, si le livre se lit sans déplaisir, on ne peut pas dire qu’il m’a vraiment enthousiasmée.

Une autre auteure maorie, de la jeune génération, Alice Tawhai m’a par contre franchement séduite. Je vous en parlerai une prochaine fois.

Si vous connaissez d’autres auteurs, n’hésitez pas à me laisser leurs noms en commentaire.

2 réflexions sur “Mutuwhena – La lune dort – Patricia Grace / Littérature maorie de Nouvelle-Zélande

Quelques mots de vous...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s